Retour

Derek Fildebrandt met son grain de sel dans le débat sur l’union de la droite

Sans se lancer dans la course à la direction de l'éventuel Parti conservateur uni de l'Alberta, le porte-parole en matière de finances du Wildrose se mêle au débat en lançant un comité d'action politique.

Un texte de Nicolas Pelletier

Derek Fildebrandt en a fait l’annonce devant une centaine de militants de sa circonscription de Strathmore-Brooks, à l’est de Calgary. Son mouvement, Liberté unie (United Liberty), soutient une union du Wildrose et du Parti progressiste-conservateur (PPC) basée sur une vision libertarienne-conservatrice de la politique.

Dans les semaines qui suivent, le député âgé de 31 ans a l’intention de dévoiler une série de propositions sur les politiques que devrait adopter « un nouveau parti ancré dans le conservatisme du 21e siècle ».

Dans son discours, il a précisé sa vision libertarienne-conservatrice en la décrivant comme « limitant le rôle du gouvernement dans les sphères économiques et sociales » et « respectant la liberté individuelle de chacun à vivre sa vie comme il l’entend, tant qu’il ne brime pas la liberté d’autrui ».

Candidature encore possible

Derek Fildebrandt n’écarte pas la possibilité de se présenter comme candidat à la direction d’un éventuel Parti conservateur uni.

Dans son annonce, il a tout de même avoué qu’un des objectifs du comité d’action politique Liberté unie était d'amasser des fonds en vue de son éventuelle candidature s’il décidait de se lancer dans la course à la direction.

Pour l’instant, celle-ci compte trois candidats officiels et jusqu’à présent, les bases d’un éventuel parti de droite uni ont été élaborées par les chefs des deux principaux partis d’opposition, soit Brian Jean du Wildrose et Jason Kenney du Parti progressiste-conservateur.

Les deux hommes doivent présenter un plan d’union de leurs partis à leurs membres respectifs le 22 juillet. Si les militants ratifient l’accord, le nouveau parti de la droite unie devra se choisir un chef le 28 octobre et tenir son premier congrès au début de 2018.

Libertarien affiché

Dans la récente course à la direction du Parti conservateur du Canada, Derek Fildebrandt avait très tôt donné son appui à Maxime Bernier. Il avait dit du candidat du Québec qu’il « parle avec le gros bon sens albertain » et qu’il le soutenait, car il incarne les valeurs et les intérêts de la province.

De 2009 à 2014, Derek Fildebrandt a occupé des postes d’importance à la Fédération canadienne des contribuables, d’abord comme directeur de recherche et comme directeur de la branche albertaine.

Avant de se faire élire comme député provincial, il a été vice-président de l’Association canadienne des entrepreneurs en forage pétrolier (CAODC).

Outre pour ses positions tranchées en faveur des libertés économiques et individuelles, le député avait fait les manchettes l’an dernier pour avoir été temporairement suspendu du caucus du Wildrose après avoir tenu des propos injurieux envers la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine