Retour

Derek Fildebrandt pour une fusion avec le Parti progressiste-conservateur

Le député du Wildrose Derek Fildebrandt a déclaré qu'il est pour une fusion entre son parti et le Parti progressiste-conservateur de l'Alberta lors d'un souper à la Chambre de commerce de Whitecourt mercredi soir.

Derek Fildebrandt a déclaré que le NPD est trop dangereux et présente un trop grand risque pour la province pour prendre le risque qu'il soit réélu.

« Je suis prêt à mettre tout ce que j'ai accompli en politique en jeu pour cela », a-t-il dit à un journaliste de la radio locale XM 105.

« En 2019, nous aurons la chance d'élire un nouveau gouvernement dans cette province, et si [j'y peux quelque chose], ce sera un gouvernement plus accueillant pour les entreprises. Nous allons réduire les impôts [...], réduire les formalités administratives. Nous allons ouvrir l'Alberta au monde des affaires à nouveau », a-t-il ajouté.

L'idée d'une fusion avec les progressistes-conservateurs va à l’encontre de ce que le chef du Wildrose, Brian Jean, veut.

En octobre, lors de l’assemblée générale annuelle du parti, M. Jean a rejeté l'idée d'une fusion. Selon lui, le Parti progressiste-conservateur est confus quant à ce que sont ses valeurs et ses principes.

L’ancien député fédéral Jason Kenney fait campagne en ce moment pour devenir chef du Parti progressiste-conservateur de l’Alberta. Son but avoué, s’il gagne, est de fusionner la droite albertaine.

Selon le politologue de l’Université Mount Royal de Calgary, Duane Bratt, les propos de Derek Fildebrandt semblent être un appui pour M. Kenney et un désaveu de son chef, Brian Jean.

Avant la fin de la session législative cette semaine, Brian Jean a retiré Derek Fildebrandt du poste de coprésident du comité des comptes publics.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine