Retour

Dernier jour d'inscription pour le registre des lobbyistes du N.-B.

Le 1er octobre marque la date limite de l'inscription au registre des lobbyistes du Nouveau-Brunswick. Après un processus marqué par plusieurs embûches, ceux qui tentent d'exercer une influence sur les élus provinciaux doivent se retrouver sur la liste publique.

C’est une première au Nouveau-Brunswick, mais la province est l’avant-dernière à mettre en place ce genre de mesure.

Le registre des lobbyistes de la province vise à rendre le processus politique plus transparent.

On y retrouve plusieurs noms importants pour l'économie du Nouveau-Brunswick, dont J. D. Irving, Irving Oil, les brasseries Moosehead, Forests NB et la pharmaceutique Merck-Frosst Canada.

Lente transition vers la transparence

Pour le politologue Roger Ouellette, la transition vers la transparence pourrait prendre un certain temps, même si la date limite est passée.

« On est dans une transition ici, il faut donner une chance au coureur. Mais après une année, il faudra s’assurer que le registre est respecté. »

Selon lui, les mesures devraient aussi dépasser la seule mention des lobbyistes.

Un délai supplémentaire de trois mois

Les lobbyistes ont eu droit à quelques mois de plus pour procéder à leur inscription, en raison de problèmes techniques au printemps.

Pourtant, plusieurs ont attendu jusqu’au dernier moment. Une cinquantaine d’inscriptions se sont faites vendredi, à peine quelques jours avant la date limite.

Le registre devrait être complet dimanche, mais il est difficile de savoir avec certitude si tous les lobbyistes se sont en effet inscrits.

Il ne faut pas s'attendre à ce que tous les lobbyistes soient sur la liste, selon Louis-Philippe Gauthier, président de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI).

L'inscription est obligatoire

La loi qui entoure le nouveau registre est très claire. Pour les contrevenants, les amendes sont salées.

Des amendes que Louis-Philippe Gauthier juge amplement suffisantes. Pourtant, c’est très difficile de savoir comment elles seront appliquées, estime-t-il.

« Une plainte ça peut se rendre au juge Deschênes par n'importe quelle source, ça pourrait venir de la part des politiciens, parce que les politiciens ont aussi une responsabilité de demander [si les lobbyistes sont inscrits]. Mais le fardeau de la responsabilité de s'inscrire est sur les épaules des lobbyistes », indique le président de la FCEI.

Il manque donc encore des détails sur la manière dont la loi sera appliquée, mais plusieurs des grands noms sont déjà inscrits sur le registre en ligne.

D’après un reportage de Mathieu Massé

Plus d'articles

Commentaires