Retour

Dernière réunion du cabinet Selinger : fin d'un chapitre pour le NPD du Manitoba

Les ministres du gouvernement néo-démocrate sortant se sont réunis pour une dernière fois vendredi à l'Assemblée législative du Manitoba; « une réunion pleine d'émotion », selon l'ancien premier ministre Greg Selinger.

La plupart des ex-ministres du cabinet Selinger n'ont pas été réélus le 19 avril. C'est le cas par exemple de Kerri Irvin-Ross, qui occupait les fonctions de ministre des Services à l'enfant et à la famille. « C'est un nouveau chapitre, c'est ça qui me motive », souligne-t-elle.

Interrogée sur son avenir, Kerri Irvin-Ross répond qu'elle n'est « pas encore certaine » de ce qu'elle va faire. « J'ai besoin d'un peu de temps pour évaluer mes options, mais je suis contente des dernières 13 années que j'ai passées comme députée, et comme ministre. Je pars la tête haute et je respecte la décision des Manitobains », conclut-elle.

« Bien sûr je suis un peu découragé et déçu », admet à son tour Tom Nevaskshonoff. L'ancien ministre de la Conservation, qui a tenté de se faire réélire dans sa circonscription d'Entre-les-Lacs, a lui aussi été battu mardi soir.

« Ça va me manquer, mais ç'a été un réel honneur de siéger dans cet édifice. C'est quelque chose que je n'oublierai jamais », ajoute-t-il.

Un nouveau rôle dans l'opposition

« C'est sûr qu'on pleure cette perte et qu'on ressent une certaine douleur, c'est une réaction normale pour une élection », note Greg Selinger.

Le premier ministre sortant dit que cette dernière réunion de cabinet était toutefois l'occasion d'entamer un « processus de guérison et de réconciliation ».

« Tout le monde a eu la chance d'apporter son point de vue et ses sentiments à la table, et on a aussi parlé de ce qui va suivre, de ce qu'on va faire par la suite. »

Greg Selinger, qui a été reconduit comme député de Saint-Boniface, souligne le rôle que le Nouveau Parti démocratique (NPD) devra jouer comme parti d'opposition. « C'est notre rôle de rester vigilants », dit-il.

Il poursuit au sujet de la communauté francophone du Manitoba : « On sera certainement là pour [elle]. [La Société franco-manitobaine] doit trouver une façon de connecter et d'avoir une relation avec le gouvernement, mais on est là comme membres de la législature et comme parti politique pour appuyer la communauté franco-manitobaine. »

Le NPD entre aussi dans le processus d'élire un nouveau chef, à la suite de la démission de Greg Selinger. « C'est au caucus, à l'exécutif et au conseil provincial d'en parler, mais le processus a commencé, confirme l'ancien chef. Je suis sûr qu'il y a des personnes qui songent à ce rôle, mais on doit leur donner le temps de décider. C'est un rôle difficile, qui demande du temps, de l'énergie et du dévouement. »

Un cabinet PC début mai

Le premier ministre désigné Brian Pallister devrait présenter son premier cabinet progressiste-conservateur le 3 mai. Les nouveaux ministres seront assermentés et auront leur première réunion officielle ce jour-là, indique un porte-parole du parti. 

Brian Pallister a promis de réduire la taille du cabinet à 14 membres. L'ancien gouvernement NPD comptait 19 ministres.

Un texte de Camille Gris Roy, avec les informations de Chris Glover et Louis-Philippe Leblanc

Élections Manitoba 2016 : section spéciale

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine