Retour

Derniers efforts des partis avant le vote sur l'union de la droite albertaine

Le Wildrose et le Parti progressiste-conservateur (PPC) accélèrent leurs efforts pour tenter de recruter de nouveaux membres, à quelques jours du vote des militants sur la proposition d'union de la droite albertaine.

Un texte de Laurent Pirot

Ces derniers temps, des bénévoles investissent chaque jour le siège du Wildrose à Calgary pour répondre aux appels téléphoniques des membres et anciens membres qui s’assurent que leur adhésion est bien à jour ou qui veulent savoir comment voter le 22 juillet.

« C’est une grande partie de mon activité quotidienne », assure le directeur général du parti, Jeremy Nixon, qui supervise la poignée de bénévoles dans ses bureaux.

À Red Deer, dans le centre de la province, les militants ont aussi intensifié leur présence sur le terrain pour promouvoir l’union de la droite.

Au marché hebdomadaire, le kiosque du Wildrose est désormais voisin de celui des conservateurs. Les militants des deux partis s’assurent de parler d’une même voix de ce Parti conservateur uni qu’ils espèrent voir naître cet été.

Adhésions en hausse

« Nous avons vendu une vingtaine de cartes de membres au marché dans les dernières semaines », estime le président de l’association locale du Parti progressiste-conservateur de Red Deer Sud, Colin Connon. Il assure que son association est passée d’environ 300 membres en novembre à quelque 380 la semaine dernière.

Colin Connon s’est assuré de relancer tous les membres dont l’adhésion a expiré récemment pour les mobiliser. Son organisation prévoit aider « ceux qui pourraient avoir des difficultés avec la technologie » à voter par Internet ou par téléphone lors du référendum sur l’unité.

Au marché comme au rodéo

Brian Jean et Jason Kenney, les deux chefs actuels qui espèrent tous les deux prendre la tête de la future formation de la droite albertaine, sillonnent eux les rodéos et multiplient les réunions publiques pour s’assurer d’un large vote en faveur de l’unité.

Les partisans du Wildrose ont jusqu’à samedi pour devenir membres s’ils veulent avoir le droit de participer au vote le 22 juillet, tandis que les militants du Parti progressiste-conservateur peuvent adhérer jusqu’au mercredi 12 juillet.

Le nouveau parti verra le jour si 50 % des membres du PPC votent en faveur de cette proposition et si plus de 75 % des adhérents du Wildrose le font également.

L’objectif sera peut-être difficile à atteindre au sein du Wildrose et les responsables conservateurs commencent à évoquer en public l’hypothèse d’un échec.

« Si l’on voyait un vote majoritaire pour l’unité au sein du Wildrose, mais qui n’atteint pas les 75 %, alors il faudrait qu’on regarde ça de près », a ainsi répondu Jason Kenney sur ce point.

Les dirigeants du Parti progressiste-conservateur invitent d’ailleurs leurs partisans à devenir également membres du Wildrose afin de renforcer le camp de l’union dans cette formation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine