Retour

Des allégations provenant de « multiples sources » contre l'ex-chef conservateur Jamie Baillie

La présidente du Parti progressiste-conservateur (PC) de la Nouvelle-Écosse dit avoir été informée par de « multiples sources » de l'incident qui a mené mercredi dernier au départ du chef du parti, Jamie Baillie.

Pressée d’expliquer la procédure qui avait mené à cette décision, la formation politique a publié vendredi un communiqué donnant plus de détails.

« J’ai été informée par plusieurs sources d’allégations de comportement inapproprié par M. Baillie envers une personne », écrit Tara Miller, présidente du PC. Elle explique qu’un seul incident a fait l’objet d’allégations, et il se serait produit en décembre 2017.

Une porte-parole du parti, Jenni Edge, a par la suite précisé que le premier signalement n’est pas venu de la personne impliquée dans la situation. Elle explique que cette personne s’est confiée à d’autres, qui ont par la suite rapporté ces confidences à la présidente du parti.

Jamie Baillie a été contraint de quitter son poste après que l’enquête interne ait conclu qu’il avait agi de manière inappropriée, en plus de contrevenir à la politique de l’Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse en matière de harcèlement au travail.

L’enquête sur les allégations avait été faite par un « tiers parti indépendant » plutôt que selon la procédure prévue par la politique de l’Assemblée législative sur le harcèlement au travail.

La personne ayant mené l’enquête est décrite par Mme Miller comme un avocat d’expérience basé à Halifax. La personne à l’origine de la plainte ainsi que M. Baillie ont pleinement collaboré à l’enquête, soutient le parti, et avaient tous deux une « représentation légale ».

Mme Miller indique que l’avocat s’est basé sur la définition que l’Assemblée législative fait du harcèlement au travail pour déterminer que M. Baillie y avait contrevenu.

Le parti a été informé de ces conclusions le mardi 23 janvier. Le lendemain, il a demandé et accepté la démission immédiate de Jamie Baillie.

Afin de protéger l’identité de la personne ayant porté plainte, les conclusions du rapport ne seront pas rendues publiques, dit Mme Miller.

Une nouvelle cheffe de l’opposition

En plus de quitter le poste de chef du Parti progressiste-conservateur qu’il occupait depuis le 26 octobre 2010, Jamie Baillie a quitté mercredi son poste de chef de l’opposition officielle à l’Assemblée législative, et celui de député de Cumberland-Sud.

Karla MacFarlane, députée de Pictou-Ouest, est maintenant cheffe intérimaire du parti et cheffe de l'opposition officielle.

M. Baillie avait annoncé en novembre dernier son intention de quitter prochainement son poste de chef du parti, lançant une course à la direction pour laquelle il y a jusqu’ici deux candidats déclarés.

Plus d'articles