Retour

Des candidats à la mairie d’Edmonton peinent à trouver de l’argent pour faire campagne

Douze candidats tentent de ravir la mairie d'Edmonton à Don Iveson cette année. Toutefois, la popularité du maire sortant rend plutôt mince leur chance d'être élu, mais à cela s'ajoute aussi la difficulté de se faire entendre dans cette course à 13. Radio-Canada a rencontré 2 de ces 12 candidats moins connus.

Justin Thomas

Le candidat Justin Thomas, policier et originaire de l’Inde, fait campagne dans un petit local de la 34e Avenue de la capitale.

Son bureau est rempli des bonnes odeurs d'épices du restaurant indien voisin, mais il aimerait plutôt le voir rempli d’électeurs, de bénévoles et de partisans. Mais tout cela demande de l'argent, ce qui lui fait défaut, assure-t-il, tout comme à d'autres candidats.

« Des gens m'ont donné 10 $. Mes amis et ma famille m'ont aidé, même des inconnus m'ont donné de la monnaie. Je dépense leur argent prudemment », a affirmé M. Thomas.

Malgré la difficulté de se faire voir et entendre, il a espoir que, peut-être comme le président des États-Unis, il pourra créer la surprise.

« Ce que j'ai appris de la dernière élection américaine, c'est que 98 % des sondages prédisaient la victoire à Hillary Clinton. Vous connaissez le reste de l'histoire », s’est-il exclamé.

Don Koziak

De l’autre côté de la rivière, au Château Louis, les chances de se réveiller maire d'Edmonton mardi semblent bien minces aussi pour Don Koziak. Il ne se fait d’ailleurs aucune illusion à ce sujet.

« Ça serait un miracle. C'est comme une loterie : vous ne pouvez pas gagner si vous n'achetez pas de billet. J'ai acheté mon billet, nous verrons si je serai pigé », a-t-il dit.

Don Koziak croit lui aussi que c'est l'argent qui fait la différence entre un candidat visible et un autre qui ne l'est pas.

Ce vétéran de la politique, candidat depuis 22 ans, mais élu aucune fois, annonçait lundi sa volonté d'organiser des plébiscites populaires. Radio-Canada était toutefois le seul média présent à l’annonce.

Pour celui qui ne croit plus au miracle, cette élection-ci sera la dernière.

Avec les informations de Sébastien Tanguay

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine