Retour

Des candidats aux idées bien différentes pour Murdochville

La mairie de Murdochville est l'une des plus convoitées en Gaspésie. La mairesse sortante affrontera trois nouveaux venus en politique municipale qui espèrent, à leur manière, amener un vent de nouveauté sur la municipalité.

Un texte de Léa Beauchesne

Tous les candidats s’entendent sur le fait que la question démographique demeure centrale et qu’elle passe par le développement économique. Depuis 2011, la population de Murdochville a chuté de près de 15 %, atteignant ainsi un creux historique.

Les quatre candidats ont par contre des profils bien différents.

La femme d’affaires créative

Originaire de Murdochville, Manon Leclerc a quitté la région il y a plusieurs années pour étudier et travailler. Elle affirme revenir dans son patelin avec un important bagage dans le domaine des entreprises de services ainsi qu’en développement immobilier.

La femme d’affaires souhaite également optimiser les infrastructures déjà existantes comme la piscine. « On a une super piscine, ce qui est très rare en Gaspésie et elle reste fermée. Ce n’est pas normal! »

Manon Leclerc voudrait également que l’accès à Murdochville soit plus facile. Elle suggère l’asphaltage de la route jusqu’au parc de la Gaspésie ainsi que la mise sur pied d’un réseau de transport plus efficace entre l’ancienne ville minière et Gaspé.

Le retraité impliqué

Retraité du domaine de la santé, Marc Lemieux veut miser sur la transparence et sur une gestion efficiente. Le bénévole actif souhaite consolider les entreprises et les services publics en place dans la municipalité.

Il souhaite également bonifier le réseau de téléphonie cellulaire. « C’est impossible en 2017 qu’on ne puisse pas rendre la route 198 plus sécuritaire entre Anse-Pleureuse et Gaspé. »

Le jeune motivé

À 28 ans, Michel Després est de loin le plus jeune des candidats. C’est le terrain de jeu qu’offre Murdochville qui l’a amené à s’y installer. « Je suis venu à Murdochville, j’ai aimé ça. C’est une ville qui a été oubliée un peu dans le passé, mais qu’on prend le dessus. » Il veut donc miser sur le plein air comme moteur économique.

Il estime aussi que la municipalité doit tirer davantage son épingle du jeu des programmes offerts par le gouvernement.

Son projet central repose sur la création d’une serre hydroponique, projet qui pourrait en partie être subventionné par le gouvernement du Québec.

La politicienne d’expérience

En politique municipale depuis 20 ans, Délisca Ritchie-Roussy dit avoir encore la motivation et l’énergie pour défendre Murdochville.

Ayant démontré son mordant à plusieurs reprises face aux autres instances gouvernementales, la Gaspésienne est entre autres fière du projet de l’aréna qui a finalement pu se réaliser après des années de travail.

La mairesse sortante réitère également son désir de travailler avec l’entrepreneur Guillaume Molaison, propriétaire du Chic-Chac.

Projet Bourque

Tous les candidats se disent en faveur du développement du projet d’exploitation de gaz naturel Bourque de la compagnie Pétrolia. Ils réitèrent les retombées potentielles pour la ville et disent souhaiter le respect des normes environnementales en vigueur.

Seul Michel Després se montre plus prudent. « Oui ça pourrait apporter du bon à Murdochville, mais c’est un projet qui doit être étudié de long en large. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine