Ce sont deux professeurs d'université, qui tenteront de convaincre les électeurs des circonscriptions de Sudbury et de Nickel Belt de les envoyer comme premiers députés du Parti vert à l'Assemblée législative. L'environnement est le principal enjeu que comptent défendre David Robinson et Bill Crumplin.

Selon M. Robinson, les changements climatiques constituent un des dossiers les plus importants éludés par les autres formations politiques.

« Nous savons que selon des sondages, la majorité des Canadiens veulent plus d’action pour solutionner les problèmes de changements climatiques », dit-il.

Le professeur d’économie de l’université Laurentienne ajoute que tous les chercheurs s’entendent pour dire que rien de marquant n’est fait pour améliorer la situation.

David Robinson n’est pas étranger à la politique.

Il a tenté de se faire élire candidat sur la scène fédérale il y a trois ans.

Il s’était aussi présenté contre le député et ministre sortant Glenn Thibeault dans la circonscription de Sudbury.

Nouveau venu pour Nickel Belt

Le candidat vert Bill Crumplin est professeur en études de l’environnement.

C’est la première fois qu’il tente sa chance en politique.

Le candidat Crumplin affirme que ce sont les étudiants qui l’ont incité à faire le saut en politique.

« Je crois que ma génération est probablement la dernière qui échappera aux défis de ce que j’appelle le chaos environnemental. Et je crains que mes étudiants écopent et paient très cher pour ce chaos », dit M. Crumplin.

Ses jeunes neveux et nièces l’ont aussi incité à représenter un parti écologique.

« Je suis lasse du NPD, des libéraux et des progressistes-conservateurs qui mettent la priorité sur l’emploi d’abord, dit-il. Leur discours comme quoi il faut d’abord exploiter la ressource. et l’environnement viendra après, c’est trop tard. »

La vérité toute crue

Le candidat vert dans Nickel-Belt dit aimer la façon dont cette formation politique aborde la question de l’emploi.

« Moi-même, j’essaie de garder mes distances des multinationales. Je tente plutôt d’encourager les entreprises locales. »

Les deux candidats ne veulent pas non plus faire de promesses pour s’attirer des votes.

« Les coffres du gouvernement ne sont pas un puits sans fond », conclut M. Crumplin.

Avec les informations de CBC

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine