Retour

Des chasseurs autochtones accusent la Saskatchewan de violer leurs droits ancestraux

Des chasseurs autochtones du Manitoba se disent harcelés et victimes d'intimidation de la part des autorités de la Saskatchewan qui, selon eux, ne respectent pas leurs droits ancestraux de chasser pour nourrir leur famille.

Le chef de la Première Nation de Pine Creek, Charlie Boucher, a déclaré mercredi que des agents de la conservation de la Saskatchewan ont perquisitionné deux résidences le mois dernier et confisqué de la viande d'original prélevée sur le territoire de la Première Nation de Pine Creek qui chevauche la frontière du Manitoba et de la Saskatchewan.

Selon Charlie Boucher, aucune accusation n'a été déposée, mais il estime que les membres de sa communauté se voient renier leur droit inhérent à nourrir leur famille. Les peuples autochtones chassaient sur ces terres avant que le Canada ou ses provinces existent, a-t-il rappelé.

Le grand chef de l'Assemblée des chefs du Manitoba, Derek Nepinak, a indiqué que depuis des décennies des chasseurs autochtones reçoivent des contraventions et sont harcelés par des fermiers qui estiment qu'ils pénètrent sans autorisation sur leur terrain.

Il a ajouté que les deux maisons de la réserve de Pine Creek ont été perquisitionnées le 15 décembre dernier, le jour du dépôt du rapport final de la Commission de vérité et de réconciliation.

« Cela doit cesser, a-t-il martelé. Le temps est à la réconciliation. »

Derek Nepinak a souligné les ravages causés par le diabète dans les rangs des Premières Nations et regrette que son peuple se voit interdire l'accès à une nourriture traditionnelle et saine. Il rappelle du même souffle que la Saskatchewan distribue des milliers de vignettes de validations pour la chasse à l'orignal aux chasseurs récréatifs chaque année.

Pratiques ancestrales

Selon l'avocate et spécialiste en droit autochtone, Aimée Craft, plusieurs arguments légaux peuvent être soulevés par la communauté de Pine Creek.

« Premièrement, on peut s'appuyer sur la Loi sur les transferts des ressources naturelles entre le gouvernement fédéral et la province, indique l'avocate. C'est un ancien document, une entente qui assure que le droit de chasse et de pêche pour la nourriture de subsistance existe pour les Premières Nations pendant toutes les saisons de l'année. »

Selon Aimée Craft, les chasseurs de Pine Creek peuvent également revendiquer en vertu de leurs pratiques ancestrales.

Le porte-parole du ministère de l'Environnement de la Saskatchewan, Jamie Gibson, a fait savoir que la province ne commenterait pas cette affaire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine