Retour

Des citoyens de Rimouski s’opposent à deux projets de développement sur la rue de Lausanne

L'opposition de plusieurs citoyens a incité le conseil à remettre à plus tard des décisions concernant deux projets de développement lors du conseil municipal de lundi soir. Ces deux projets consistent à construire un centre équestre et un champ de tir à l'arc sur la rue de Lausanne.

Un texte d’Édith Drouin

Les citoyens qui possèdent des résidences près des terrains qui pourraient être développés s’inquiètent surtout pour la qualité et l’abondance de l’eau potable. Lundi soir, deux résidentes ont expliqué que la disponibilité de l’eau potable était problématique dans ce secteur de Rimouski.

Elles ont raconté avoir dû faire recreuser leur puits de surface en raison du manque d’eau.

Mme Lévesque a également dit s’inquiéter de l’impact potentiel du centre équestre sur la qualité de l’eau potable. Elle a expliqué que les puits d’eau de surface étaient particulièrement vulnérables à toute contamination de la nappe phréatique.

Martine Roy, une autre résidente, a indiqué avoir choisi le quartier pour sa tranquillité et a déploré que celle-ci puisse être affectée par la présence du centre équestre.

Une troisième citoyenne qui parlait au nom de propriétaires de résidence autour du terrain convoité par le Club des Archers de Rimouski s’est à son tour prononcée contre la venue d’un champ de tir.

Hélène Bernier a entre autres fait allusion aux dangers liés à ce type d’activité près de résidences familiales, à la poussière et au bruit ainsi qu’aux enjeux liés à l’eau potable dans le secteur.

Des projets à réfléchir

En raison d’une opposition aux deux projets , la Ville a décidé d’appliquer un principe de précaution. Le maire, Marc Parent, a notamment fait allusion à la problématique concernant l’approvisionnement en eau potable.

Le maire a invité le promoteur du projet de centre équestre à rediscuter avec le service d’urbanisme de la Ville pour le rendre plus acceptable aux yeux des citoyens.

Le maire a également tenu à préciser que les règles concernant, par exemple, la disposition du purin des chevaux étaient extrêmement contraignantes.

Pour ce qui est du champ de tir, M. Parent a indiqué que le champ de tir pourrait peut-être s'installer sur un autre terrain que celui de la rue Lausanne et que le service d’urbanisme travaillerait avec le Club des Archers pour étudier d’autres options.

Plus d'articles