Retour

Des citoyens demandent la démission du maire de Beaubassin-Est

Plus de 250 personnes ont signé une pétition pour que le maire de la Communauté rurale Beaubassin-Est, Ronnie Duguay, soit suspendu de ses fonctions à la suite d'accusations pour conflit d'intérêts.

Texte de Catherine Dumas

Le maire de Beaubassin-Est, Ronnie Duguay est sur la sellette depuis que la Gendarmerie royale du Canada a déposé des accusations pour conflits d'intérêts. Les faits qui lui sont reprochés se sont déroulés alors qu’il était membre du conseil municipal.

Depuis, il est resté en poste, et ce malgré le mécontentement de citoyens de Beaubassin-Est.

Avec plus de 250 signatures, l’instigateur de la pétition, Gilles LeBlanc espère exercer des pressions sur le conseil municipal afin que le maire soit suspendu de ses fonctions. « On trouve ça dégueulasse, on a honte.[...] Moi je figurais dans ça la question des roulottes et lui il y avait un conflit d’intérêts et il n’est pas sorti du conseil lorsqu’il débattait de la question. », dit-il.

Il n’y a aucun règlement dans la Loi sur les municipalités qui indique que le maire doit se retirer lorsqu’il y a des accusations portées contre lui, mais pour Gilles LeBlanc c’est l’incohérence totale. « On veut sa démission et on veut de la grande transparence. »

Gilles Leblanc remettra la pétition au conseil municipal le 19 mars prochain, lors d'une réunion publique.

Pour sa part, le maire de Beaubassin-Est doit se présenter au Palais de justice de Moncton le 22 mars. Si Ronnie Duguay est jugé coupable, il pourrait devoir payer une amende, démissionner de son poste et se voir interdire d'occuper tout autre poste au conseil municipal pour un temps déterminé par la cour.

Une nouvelle entité pour aider les municipalités

L'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB) n’a pas voulu commenter la situation dans la Communauté rurale Beaubassin-Est, mais elle croit que cela lève le voile sur un enjeu important.

L’AFMNB propose que la province se dote d'une entité qui viendrait en aide aux élus municipaux, car il manque de soutien lorsqu'il y a des dossiers délicats où certains élus pourraient être, par exemple, en situation de conflit d'intérêts.

« Je pense qu’on est peut-être mûre au Nouveau-Brunswick pour une entité indépendante afin de traiter des questions de différents ordres qui peuvent survenir et qui peuvent venir embêter les élus. On a vu des cas récemment dans la province où on s'apercevait que les municipalités étaient laissées à elle-même », explique-t-il.

Le directeur général de l'AFMNB fait aussi le parallèle avec le rôle des commissaires, comme celui à l'intégrité à l’échelle provinciale : « Ils peuvent déterminer si un élu est en conflit d'intérêts et s’exprimer sur la base d’une sollicitation ou une demande pour avoir l'opinion du commissaire, mais malheureusement au municipal, on n’a pas ce genre de mécanisme. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité