Retour

Des conseillers de Winnipeg appuient la demande d’une enquête publique

La majorité des conseillers municipaux de Winnipeg ont voté mercredi en faveur d'une motion qui demande au gouvernement manitobain de lancer une enquête publique sur les méthodes de gestion des affaires de la Ville.

La motion du maire Brian Bowman a été approuvée à 15 voix contre une lors de la réunion du conseil municipal. Tous les membres du conseil, à l'exception de la conseillère du quartier de Winnipeg-Sud-Saint-Norbert, Janice Lukes, ont voté en faveur de la motion.

Mme Lukes dit soutenir l'idée d'une enquête publique, mais elle craint que la motion du maire Bowman soit prématurée. Elle craint par ailleurs que cette initiative interfère avec l'enquête toujours en cours de la Gendarmerie royale du Canada concernant le quartier général de la police de Winnipeg.

Approuvée à l'unanimité la semaine dernière par le comité exécutif des politiques du conseil, la motion demande une enquête qui dépasse l’ampleur du quartier général de la police. L'enquête pourrait examiner les affaires menées entre les élus, les fonctionnaires et les entreprises privées, sans tirer de conclusions sur la responsabilité civile ou criminelle.

Bien que la majorité des conseillers accorde un soutien à la motion du maire, quelques-uns, dont celui de Transcona, Russ Wyatt, et celui du quartier Mynarski, Ross Eadie, se sont plaints de ne pas pouvoir se prononcer sur la motion et de ne pas avoir eu l’occasion de poser des questions sur le sujet.

Le maire indique qu’il s’est informé au sujet du coût d’une enquête et de son déroulement. Il affirme avoir également communiqué avec plusieurs conseillers la semaine dernière.

Pour sa part, le gouvernement progressiste-conservateur reste évasif concernant le déclenchement possible d’une enquête publique.

« Notre gouvernement comprend les préoccupations soulevées par le maire de Winnipeg, mais il est important de noter qu'une enquête ne peut être utilisée comme un moyen de déterminer la responsabilité pénale de certains individus pour des infractions spécifiques », fait savoir par communiqué la ministre de la Justice du Manitoba, Heather Stefanson.

Selon les informations de Bartley Kives, CBC News

Plus d'articles