Retour

Des députés conservateurs locaux réagissent au départ de leur chef Patrick Brown

Des députés du Parti progressiste-conservateur du sud-ouest de l'Ontario réagissent à la démission de leur chef Patrick Brown après que des allégations d'inconduites sexuelles eurent été portées à son égard par deux femmes.

Le départ en trombe du politicien Patrick Brown continue de faire des vagues jeudi matin partout dans la province.

Bob Bailey, le député conservateur de Sarnia-Lambton, s'est dit déçu par ces allégations perturbantes.

« Nous devons continuer d'avancer pour éradiquer la violence sexuelle et l'harcèlement dans toute la province », peut-on lire par voie de communiqué.

L'exécutif se rencontre jeudi soir et le caucus vendredi afin de discuter du futur leadership de la formation politique.

Mercredi soir, le député conservateur de Elgin-Middlesex-London a condamné l'inconduite et les abus sexuels sur son compte Twitter.

Jeff Yurek a aussi salué le courage des femmes survivantes qui prennent la parole dans ce genre de situation.

L'ancien député fédéral de la circonscription d'Essex, Jeff Watson, a aussi fait une déclaration sur sa page Facebook.

Il y écrit que « la déclaration et la conférence de presse de Patrick Brown démontrent qu'il n'est pas conscient de la gravité de la situation ».

Le candidat conservateur de Windsor-Ouest, Adam Ibrahim, dont le bureau de campagne devait être inauguré en février par Patrick Brown, a également réagi jeudi matin sur Twitter.

« Les femmes devraient toujours se sentir en sécurité et aucune accusation ne devrait être prise à la légère », souligne-t-il.

M. Ibrahim ajoute que son objectif est de toujours donner une voix de Windsor à Queen's Park.

Les élections provinciales doivent avoir lieu le 7 juin prochain.

Si le caucus conservateur décide de lancer une course à la chefferie, ce serait l'une des plus courtes de l'histoire politique canadienne.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 choses à savoir sur le « Cyber Monday »