Retour

Des députés du NPD courtisés par leurs adversaires

Alors que le Nouveau Parti démocratique (NPD) est en baisse dans les sondages et que le leadership du chef Jagmeet Singh est critiqué, des adversaires politiques tentent d'en profiter pour gonfler leurs rangs. Le Parti libéral et Québec debout ont tenté de recruter parmi les députés néo-démocrates du Québec, sans succès.

Un texte de Philippe-Vincent Foisy et Louis Blouin, correspondants parlementaires à Ottawa

Selon les informations recueillies par Radio-Canada, Pierre Nantel, Robert Aubin et Karine Trudel ont été approchés récemment afin d’évaluer leur intérêt à changer d'allégeance politique.

Même si ces députés ne cachent pas que le NPD doit faire face à certains défis, ils ont refusé les différentes offres.

Le parti Québec debout avait établi une liste de cinq potentielles recrues. Ce chiffre leur aurait permis de former un caucus de 12 députés et ainsi de devenir un parti reconnu à la Chambre des communes.

Selon deux sources au fait des discussions, le parti a approché Pierre Nantel, député de Longueuil-Saint-Hubert, et a eu des discussions exploratoires avec Robert Aubin, qui représente la crconscription de Trois-Rivières.

M. Nantel n’avait pas caché lors de la course à la direction de son parti qu’il pouvait y avoir au Québec un malaise avec les signes religieux de Jagmeet Singh.

« J’ai de l’admiration pour le fait qu’on mette le Québec au premier plan dans son travail à Ottawa », a indiqué Pierre Nantel à Radio-Canada, au sujet du parti Québec debout.

Il explique toutefois qu’au sein du caucus néo-démocrate, il jouit d’une plus grande « force de frappe ». Il n’est cependant pas complètement fermé à l’idée de rejoindre un autre parti. Il indique qu’il compte réfléchir à son avenir cet été et au meilleur moyen de défendre la culture québécoise.

« Actuellement, je ne vois rien qui me tente… c’est ça la réalité! », a affirmé Pierre Nantel.

Ses deux autres collègues sont beaucoup plus catégoriques.

« C’est flatteur, bien sûr, mais ça n’ébranle pas les valeurs qui m’ont amené au NPD », a affirmé Robert Aubin.

Le député de Trois-Rivières soutient n’avoir aucun intérêt à joindre l’une des deux formations souverainistes à Ottawa. M. Aubin explique que les discussions lui ont surtout servi à mieux comprendre ce qui se passait dans les coulisses de la crise au Bloc québécois qui a mené à la création du parti Québec debout.

« Comprendre les aspirations de Québec debout, c’est toujours intéressant, mais ça ne change pas le discours », a-t-il dit.

« Les inquiétudes, ça fait partie de la politique, affirme de son côté Karine Trudel, députée de Jonquière. Un parti politique, ça ne se magasine pas! »

Karine Trudel a été approchée par Mélanie Joly, à la demande du bureau du premier ministre, comme le rapportait le 98,5 FM plus tôt ce mois-ci.

« On entendait des rumeurs qu’il y avait de l’insatisfaction dans le caucus québécois du NPD à propos du chef, a indiqué à Radio-Canada une source libérale. Sa position sur le bilinguisme des juges à la Cour suprême et celle sur les armes à feu aurait causé des inquiétudes. »

Mélanie Joly et Karine Trudel se sont rencontrées au café Morning Owl à Ottawa. Mélanie Joly n’a pas fait d’offre formelle, mais les discussions servaient surtout à évaluer l’intérêt de la députée de Jonquière.

Importantes difficultés

Le NPD est en pleine traversée du désert, notamment au Québec. La cuisante défaite de leur parti dans l'élection partielle de Chicoutimi-Le Fjord en témoigne. Le NPD, qui détenait la circonscription de 2011 à 2015, a seulement obtenu 8,7 % des voix, bien loin derrière le conservateur Richard Martel, qui a remporté cette manche avec 52,7 %.

« Après une partielle comme celle de Chicoutimi, le parti va faire : "qu’est-ce qu’on fait?" Il va falloir prendre des correctifs, a indiqué Pierre Nantel, en soutenant que son parti devrait faire preuve d’audace. Ça a été un printemps difficile, je ne le cacherai pas. »

Ailleurs au pays, les perspectives sont peu encourageantes. Le dernier sondage Angus Reid, le 15 juin, place les appuis des néo-démocrates à 16 % à l’échelle nationale, derrière les conservateurs à 32 % et les libéraux à 36 %.

Le leadership du nouveau chef et sa garde rapprochée sont aussi critiqués dans le caucus. Certains députés les jugent déconnectés.

« Je sens un ajustement qui doit peut-être être fait de la part de M. Singh et de son entourage, mais je vous dirais qu'il n’y a pas de situation facile. On est dans une situation où M. Singh n’est pas élu à la Chambre », rappelle Robert Aubin.

Ce n’est pas la première fois que des députés néo-démocrates se font courtiser par leurs adversaires politiques. La députée de Saint-Hyacinthe-Bagot, Brigitte Sansoucy, admet qu’après l’élection de 2015, elle a été approchée par des militants conservateurs et libéraux dans sa circonscription.

Elle a toutefois refusé leur offre de les rejoindre.

« Si je ne suis pas au NPD, je ne fais pas de politique », a-t-elle indiqué.

Plus d'articles