Retour

Des dossiers épineux pour les nouveaux élus de Cap-Chat

En poste depuis tout juste une semaine et demie, les nouveaux élus de Cap-Chat ont du pain sur la planche. La mairesse devra s'occuper de dossiers comme la mise à niveau du réseau des eaux usées et la poursuite d'Ottawa et Québec pour l'enrochement illégal de la rivière.

Les élus de la municipalité de Cap-Chat devront répondre à la décision de l’ancien maire d'enrocher la rivière Cap-Chat sans autorisation lors des crues du printemps dernier.

Judes Landry s'est toujours défendu, expliquant qu’il fallait de toute urgence protéger les maisons et les installations pour l'eau potable.

Québec et Ottawa ne sont pas du même avis. Les amendes pourraient être très salées si Cap-Chat est reconnue coupable pour ce geste. Sur les documents de cour, on retrouve les noms de l'ancien maire et des conseillers. La nouvelle mairesse promet de les soutenir.

Assainissement des eaux usées et usine de haute-technologie

D’autres dossiers se font également attendre, dont un projet d’assainissement des eaux usées d’au moins 20 millions de dollars qui traîne depuis plus de 10 ans.

La construction d’une nouvelle usine de haute-technologie suscite aussi beaucoup d'espoir. Toutefois, des problèmes techniques ont forcé à freiner son démarrage. L'usine est maintenant sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers.

Améliorer la communication entre les élus et les citoyens est aussi un dossier qui tient à cœur à la nouvelle mairesse.

D’après le reportage de Jean-François Deschênes

Plus d'articles

Commentaires