Retour

Des émissaires d’Ottawa défendent la légalisation du cannabis devant le Sénat

Des ministres du gouvernement Trudeau ont défendu le projet de loi sur la légalisation du cannabis devant un comité plénier de la Chambre rouge. Les ministres de la Santé, de la Justice et de la Sécurité publique ont expliqué les grandes lignes du projet et répondu aux questions des sénateurs afin de les convaincre d'adopter le projet à temps pour respecter l'échéancier d'Ottawa.

Le gouvernement de Justin Trudeau souhaite que la légalisation du cannabis entre en vigueur en juillet prochain.

Plusieurs sénateurs conservateurs ont toutefois exprimé leur réticence devant le projet de loi et indiqué ne pas être convaincus de la validité des arguments du gouvernement.

Le sénateur conservateur Claude Carignan a notamment rappelé aux ministres que « tout le corps médical canadien vous a alerté et informé des risques liés à la santé, particulièrement chez les moins de 25 ans, face à l’usage de cannabis ».

« En aucune façon, nous n’encourageons les gens à consommer du cannabis », a répliqué la ministre de la Santé, Ginette Petitpas Taylor. « Mais s’ils choisissent d’en consommer, ils vont avoir accès à un produit qui va être réglementé ».

Un échéancier trop serré pour les sénateurs

Les sénateurs conservateurs n'ont par ailleurs pas l'intention de se faire mettre la pression par le calendrier du gouvernement Trudeau.

Pour que les Canadiens puissent consommer du cannabis en toute quiétude dès juillet, il faudrait que les sénateurs donnent leur accord au projet de loi avant la fin du mois de mai. Cela donnerait aux gouvernements provinciaux et territoriaux le temps nécessaire pour mettre en place leurs régimes de vente du produit.

Mais les sénateurs pourraient décider de repousser l’échéancier du gouvernement. Certains d’entre eux estiment qu’il faudrait prendre le temps de mieux étudier le projet et de répondre aux interrogations des provinces, des municipalités et des corps policiers. Ils s’inquiètent de la rapidité avec laquelle Ottawa a l’intention de clore le dossier.

Le sénateur André Pratte estime ne pas pouvoir fixer de date précise pour l’adoption du projet, mais rappelle que les sénateurs ont pris deux mois et demi pour étudier le projet de loi sur l’aide médicale à mourir. « Alors le mois de mai, ça nous donne de deux à trois mois », indique-t-il.

Un message pour le Québec

La ministre de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, a par ailleurs lancé un message qui semblait être destiné au gouvernement québécois qui a annoncé en novembre l’interdiction de la culture du cannabis à domicile.

La loi fédérale prévoit de son côté permettre aux Canadiens de cultiver chez eux jusqu'à quatre plants de cannabis.

« Nous visons deux objectifs. D'abord et avant tout, à prévenir la criminalisation inutile des Canadiens, autrement respectueux de la loi, qui font pousser un petit nombre de plants pour leur usage personnel de façon responsable; et ensuite, à contribuer à mettre fin au marché illégal », a expliqué la ministre aux sénateurs.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le secret derrière les trop longues douches de ce jeune homme...





Rabais de la semaine