Retour

Des employés de la paye du fédéral questionnent l’intégrité de Phénix

Des conseillers fédéraux en rémunération se tournent vers des feuilles de calculs électroniques Excel, vers Google et, dans certains cas, vers le papier et les crayons pour tenter de remédier aux problèmes du système de paye Phénix et s’assurer que les fonctionnaires sont bel et bien rémunérés.

Des employés des bureaux de Winnipeg, d’Edmonton et du Centre des services de paye de la fonction publique à Miramichi, qui ont parlé à CBC sous le couvert de l’anonymat, affirment devoir faire preuve de créativité pour régler les problèmes.

« Ils font ce qu’ils ont à faire », soutient Donna Lackie, ex-présidente nationale du Syndicat des services gouvernementaux, représentant les employés de la paye. « Si quelqu’un est capable de trouver un outil pour une certaine fonction, il partage l’information », souligne-t-elle.

Certains faisaient même appel à Google pour trouver des réponses à leurs questions sur Phénix au début de l’implantation, explique Mme Lackie. Depuis l'instauration de Phénix en février 2016, des dizaines de milliers de fonctionnaires ont été touchés par des problèmes de paye.

Une agente de dotation, qui a travaillé pour le système de paye fédéral pendant plus de 25 ans, a confié à CBC qu’elle remettait en question toutes les transactions traitées par Phénix.

« Ce n’est pas une automatisation »

Des agents de dotation disent compter sur les feuilles de calculs Excel pour comprendre les transactions avant d’entrer les chiffres dans le système de paye Phénix.

« Nous devons remplir un document Excel et le télécharger dans Phénix, afin de créer un paiement. Ce n’est pas une automatisation », déplore un employé qui s’est confié à CBC. « Nous écrivons tout. Nous imprimons pour avoir nos copies de sécurité. »

Une employée de la paye qui travaille à Edmonton a quant à elle révélé à CBC qu’elle n’est pas certaine que les transactions traitées par Phénix soient toujours exactes.

De plus, « les syndicats n’obtiennent pas leur dû ou ils en reçoivent trop, ou ils doivent rembourser des employés », souligne-t-elle. « Est-ce que nos assurances, soins dentaires, soins de santé reçoivent leur part des primes de l'employeur? »

Le respect des conventions collectives reste prioritaire

Le gouvernement fédéral a soutenu que les ratés du système seraient corrigés, mais que cela prendrait du temps.

Les cas en arriéré restent nombreux. En septembre, 160 000 employés fédéraux ont reçu une paye erronée, selon un document interne du gouvernement.

La ministre de Services publics et Approvisionnement Canada, Carla Qualtrough, a affirmé la semaine dernière que le système n’était pas configuré pour gérer 80 000 règles administratives.

L’intégration dans le système de 25 nouvelles conventions collectives complique également les choses, selon elle. « Le nombre de transactions en arriéré va augmenter avant de baisser », précise la ministre Qualtrough.

Selon la loi, le fédéral a jusqu'à la mi-novembre pour faire les ajustements liés aux nouveaux contrats de travail.

La ministre Qualtrough soutient que 356 nouveaux employés de la paye ont récemment été embauchés et que le gouvernement espère en recruter davantage afin de régler les problèmes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine