Retour

Des Franco-Albertains demandent un remplacement à Greyhound au gouvernement provincial

Les autobus de l'entreprise Greyhound ne circuleront plus en Alberta à compter de la fin du mois d'octobre. Depuis cette annonce, plusieurs voix s'élèvent dans la communauté franco-albertaine pour demander au gouvernement provincial un transport public alternatif.

La décision de Greyhound va restreindre le mouvement de tous ceux qui n’ont pas d’autos et qui ne peuvent pas prendre l’avion, se désole Anna Kouadio, une employée de l’Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA) à Grande Prairie.

Depuis qu’elle a déménagé dans le nord de la province pour le travail, elle compte régulièrement sur les services de Greyhound pour rejoindre son amoureux resté à Edmonton. L’amour à distance requiert maintenant une voiture.

Anna Kouadio s’attend à ce que le gouvernement provincial fasse preuve d’initiative pour trouver d’autres prestataires de services pour déplacer les gens dans le nord de la province.

Le gouvernement cherche une solution

Le ministre albertain des Transports, Brian Mason, a dit à Radio-Canada surveiller de près la situation. Son ministère est à la recherche d’une solution de rechange. Il n’a cependant pas donné plus de détails.

Le gouvernement albertain a déjà lancé un projet pilote de transport public subventionné dans des régions rurales de la province. Toutefois, d'après le ministre Mason, ce modèle de transport ne pourrait pas remplacer complètement les services de Greyhound.

L’exemple de Smoky River

Carmen Erwing, une conseillère municipale de Girouxville, est fière du service de transport en commun intermunicipal de son comté.

Deux fourgonnettes y assurent la liaison entre les communautés environnantes et se rendent dans les grandes villes de la région pour des évènements culturels et pour des rendez-vous médicaux.

Les véhicules sont adaptés pour les fauteuils roulants et peuvent aussi être loués par les citoyens.

Pour la conseillère, c’est une belle réussite. Elle souligne toutefois que l'exploitation de ce système de transport est coûteuse.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque