Retour

Des groupes environnementalistes présentent leurs recommandations en vue des élections provinciales

Après les aînés, c'est au tour des groupes environnementalistes du Québec de dresser une liste de demandes en vue des élections provinciales du 11 octobre prochain.

Une coalition de 11 organisations a présenté, dimanche à Montréal, une vingtaine de propositions adressées aux partis politiques en lice pour le scrutin de cet automne.

Le regroupement, qui compte en tout environ 2500 membres, représente des organisations comme Équiterre, Greenpeace, le Fonds mondial de la nature et la Fondation David Suzuki.

Leur but : s’assurer que certains enjeux reliés à l’environnement soient à l’agenda lors de la campagne électorale, entre autres, les changements climatiques, le transport, l’aménagement, l’agriculture, la biodiversité et la forêt.

Pour ce faire, la coalition mise sur la voix des citoyens sur le terrain pour acquérir davantage d’influence.

Parmi les recommandations, les 11 organisations souhaitent que les partis politiques s’engagent à « interdire la construction ou l’agrandissement de toute infrastructure » ayant un lien avec les énergies fossiles.

La coalition espère aussi voir adopter un moratoire pour freiner le dézonage des terres agricoles et voir les émissions de gaz à effet de serre réduites de moitié d’ici 2030 dans le secteur des transports.

Des interventions généralisées

Ce n’est pas la première fois que des groupes écologistes tentent d’interpeller des partis politiques en vue des élections. Le regroupement indique d'ailleurs qu’il pourrait s’agir d’une pratique de plus en plus fréquente.

Ainsi, ce dernier ne serait pas surpris si la coalition décidait de recommencer ses pressions lors des élections fédérales et même municipales.

Pour le moment, la mobilisation se déroule dans 23 circonscriptions du Québec.

Avec les informations de Michel Marsolais

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine