Retour

Des hausses de salaire envisagées de 8 millions à OPG et Metrolinx

Après les présidents de collèges, c'est au tour des dirigeants du producteur d'électricité Ontario Power Generation (OPG) et de la société de transport Metrolinx de faire les manchettes pour des augmentations salariales que l'opposition considère « exagérées ».

OPG envisage de faire passer le salaire de son pdg de 1,5 million à 3,8 millions de dollars. De plus, 80 cadres seraient dorénavant admissibles à des primes au rendement, ce qui pourrait faire grimper la facture totale de 6 à 8 millions annuellement en 2019.

D'après Neal Kelly, le porte-parole de la société d'État, ces salaires alléchants s'inscrivent dans une stratégie destinée à « attirer et retenir les meilleurs experts pour mettre en place des projets d'envergure, comme la remise à neuf de la centrale de Darlington », un projet évalué à plus de 12 milliards de dollars. Les salaires seront payés uniquement si les objectifs de rendement sont atteints, précise M. Kelly.

Dans sa proposition d'augmentation des salaires de ses hauts dirigeants, OPG a utilisé comme comparatifs les compensations payées aux pdg de grandes entreprises canadiennes privées comme Canadian Tire, Air Canada et Rogers Communications.

Les salaires des sociétés publiques Hydro-Québec et BC Hydro ont aussi été utilisés pour des fins de comparaison; leurs PDG respectifs ont gagné moins de 500 000 $ l'an dernier.

OPG fait valoir que la société a épargné 10 millions depuis 2012 grâce à des réductions de personnel.

Des salaires qui dépassent les bornes

Le député conservateur Michael Harris comprend que OPG soit à la recherche des meilleurs candidats, mais considère que le salaire proposé de 3,8 millions pour le PDG dépasse les bornes. Surtout, dit-il, lorsque l'on sait que les coûts de l'électricité de la province sont, selon lui, ceux qui « augmentent le plus rapidement en Amérique du Nord ».

John Vanthof, député du NPD, ne comprend pas comment OPG peut envisager d'octroyer une augmentation aussi importante à son pdg et considère que c’est une « gifle au visage » des abonnés.

La plupart des Ontariens n’ont pas eu droit à une véritable augmentation depuis des années, alors que les prix de l’électricité et du logement ne cessent de grimper.

John Vanthof, député néo-démocrate

Le NPD réitère sa demande pour l'instauration d'un plafond salarial des hauts dirigeants de sociétés d'État en établissant le salaire maximum à deux fois celui de la première ministre, qui gagne 208 974 $.

Les salaires proposés par OPG doivent être approuvés par Queen's Park. La présidente du Conseil du trésor, Liz Sandals, affirme que la société devra revoir sa proposition si le gouvernement en vient à la conclusion que les comparatifs utilisés ne sont pas appropriés.

Hausse de 30 % pour le pdg de Metrolinx?

De son côté, le pdg de Metrolinx pourrait voir son salaire bondir de 118 000 $, pour atteindre 479 500 $, s'il a l'aval du conseil d'administration.

L’agence provinciale a été critiquée récemment par la vérificatrice provinciale au sujet de sa piètre gestion de projets, sans parler des ratés de la carte à puce Presto.

« Alors que les Ontariens touchent au mieux des augmentations de quelques points de pourcentage, Kathleen Wynne pourrait possiblement verser des centaines de milliers de dollars à ces administrateurs en guise de récompense », dit Michael Harris.

Un porte-parole du ministre des Transports, Steven Del Duca, répond qu'aucune décision finale n'a été prise.

- Avec des informations de Claudine Brulé

Plus d'articles