Retour

Des infirmières et la CAQ dénoncent le manque de financement du CUSM

La Coalition avenir Québec et un regroupement d'infirmières dénoncent les compressions budgétaires imposées au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), à Montréal. Ils affirment que le manque de financement chronique nuit à la qualité des soins prodigués aux patients et à la santé des professionnels qui les dispensent.

Un reportage de Marc Verreault

Le malaise est à ce point important dans le superhôpital anglophone que 14 000 personnes ont signé une pétition qui demande au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, d'arrêter l'hémorragie provoquée par ces compressions.

Les infirmières du CUSM ont fait appel à la CAQ pour porter leur message. « On a un hôpital flambant neuf, qui nous a coûté collectivement 1,3 milliard, puis ce qu'on constate, c'est qu'il ne fonctionne pas à pleine capacité. Au contraire : des unités sont fermées, des équipements sont encore emballés, et puis le personnel est à bout de souffle », a résumé la députée Nathalie Roy, jeudi.

Lors de débordements, des patients de l'urgence sont dirigés vers d'autres unités de soins, sans qu'on ajoute du personnel pour autant.

« On a une augmentation [du nombre] de congés de maladie, présentement, et la majorité de ces congés de maladie, ce sont du long terme, et c'est en lien avec la santé mentale. Alors, les patients écopent, et le personnel aussi écope », a expliqué la présidente du Syndicat des professionnelles en soins du CUSM, Denyse Joseph.

Le budget du CUSM a été amputé de 120 millions de dollars au cours des cinq dernières années.

Le syndicat des infirmières et la direction s'entendent pour dire que le budget du mégahôpital a été sous-évalué. Il ne tient compte ni du vieillissement de la population ni du volume actuel de patients.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine