Une nouvelle politique de relations publiques adoptée par le Réseau de santé Vitalité, dont Radio-Canada a obtenu copie, est jugée excessive par des médecins du Nouveau-Brunswick.

Un texte de Marie-Hélène Lange

Le Dr Hubert Dupuis est l'un des médecins qui accusent le Réseau de santé de vouloir museler ses employés. Vitalité rétorque que la nouvelle politique ne fait que remplacer des politiques déjà existantes.

La nouvelle politique de Communications et de Relations publiques du Réseau fait pourtant sortir le Dr Dupuis de ses gonds.

« Je pense que c'est une tentative de M. Gilles Lanteigne et du Réseau de santé Vitalité pour bâillonner les médecins et ses employés pour les réduire au silence », tranche le président d'Égalité Santé en français.

Selon la politique en vigueur depuis le 7 mars, seuls les employés et les membres du personnel médical autorisés par le Service des communications de Vitalité peuvent communiquer avec les médias pour fournir des commentaires au sujet d'une politique ou d'un enjeu qui touche le réseau à titre de porte-parole de Vitalité.

Le Dr Rémi Leblanc s'inquiète lui aussi de la portée de la politique. Celle-ci a été adoptée le mois suivant la sortie des médecins du Centre hospitalier universitaire Dumont qui se sont opposé publiquement aux changements de structure du Réseau Vitalité.

Selon le Dr Leblanc, la politique va à l'encontre du code de déontologie des médecins qui ont le devoir de dénoncer les situations qu'ils jugent inacceptables pour leurs patients.

« Je pense que les gens vont avoir peur de dénoncer les choses, ils vont avoir peur de parler. Je me pose la question, c'était ça le but derrière la procédure? », avance Dr Leblanc.

Vitalité répond aux critiques

Le Réseau de santé Vitalité réfute les allégations des médecins. Selon un porte-parole de la régie de santé francophone, la politique vient remplacer des politiques qui existaient avant la fusion des régies de 2008.

Luc Foulem, précise qu'un employé ou un médecin qui veut exprimer ses commentaires ou opinions aux médias a la pleine discrétion de le faire en tant que représentant d'une association professionnelle, d'un regroupement ou à titre personnel.

Il invite les employés mécontents à communiquer avec les dirigeants du réseau pour obtenir des clarifications.

Plus d'articles

Commentaires