Retour

Des mesures pour faciliter la vie aux sinistrés à Gatineau

Le conseil municipal de Gatineau a entériné mardi soir une série de mesures visant à faciliter la vie aux sinistrés.

La Ville a notamment décidé de reporter le deuxième versement des taxes municipales, prévu le 30 juin, à l'année prochaine.

Elle a aussi déjà annoncé que les frais des permis de construction seront abolis pour les résidents qui ont été touchés par la crue historique du printemps et que les délais pour présenter une demande de permis seront prolongés jusqu'en septembre 2018.

Une lettre personnalisée sera envoyée dès mercredi à tous les sinistrés pour les informer de ces mesures.

Par ailleurs, des membres de l'équipe spéciale mise sur pied pour traiter les demandes des sinistrés seront présents à la séance publique d'information du ministère de la Sécurité publique, qui aura lieu jeudi soir.

« On a accepté d'être là à cette rencontre pour éviter que les citoyens aillent cogner à deux portes. C'est une rencontre importante », a indiqué le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

Selon le conseiller Jean-François Leblanc, des sinistrés ont peine à se retrouver dans les informations qui leur sont fournies.

« Il faut parler aux gens, il faut être là pour les gens », a estimé M. Leblanc. « Ce n'est pas parce qu'il n'y a plus d'eau dans les rues que la crise est finie. Si vous vous promenez et parlez aux gens, ce n'est pas tout le monde qui a commencé à faire des travaux. »

Plusieurs dénoncent la lenteur du gouvernement à procéder aux inspections des résidences qui ont été touchées.

« Leur personnel disponible, c'est un personnel pour des situations normales. Alors ils ont commencé à embaucher plus de personnel pour accélérer ces inspections-là », a constaté M. Pedneaud-Jobin.

Reconstruction dans les zones inondables : un conseiller dissident

Le conseiller du district de Masson-Angers, Marc Carrière, a enregistré sa dissidence en ce qui a trait aux résolutions portant sur la concordance de la réglementation municipale avec la loi provinciale. Il soutient que le gouvernement doit permettre la reconstruction des résidences dans les zones 0-20 ans, soit les zones à risque élevé de récurrence. Le conseiller Carrière a demandé une rencontre avec le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, pour qu'il autorise la reconstruction.

Le gouvernement devrait annoncer la semaine prochaine sa décision quant à la reconstruction dans les zones inondables. Selon les dispositions actuelles, aucune reconstruction n'est autorisée dans les zones à risque si la maison a été jugée inhabitable à la suite d'une inondation.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine