Retour

Des Ottaviens d’origine iranienne inquiets du décret de Donald Trump

Le passeport d'Amin Asadollahi indique clairement qu'il est de citoyenneté canadienne, mais c'est la ligne qui précise son lieu de naissance qui l'inquiète le plus.

« Dans mon passeport, c’est clairement mentionné que mon lieu de naissance est l’Iran », a-t-il expliqué en anglais.

Le président Donald Trump a signé vendredi un décret permettant de bloquer l'accès aux États-Unis aux citoyens de l'Iran, de l'Irak, de la Libye, du Soudan, de la Somalie, de la Syrie et du Yémen, au cours des 90 prochains jours.

Mais un courriel du bureau du premier ministre Justin Trudeau, envoyé samedi, stipule que les États-Unis ont donné l'assurance aux Canadiens à double citoyenneté qu'ils ne seront pas renvoyés à la frontière.

Malgré les garanties du premier ministre, Amin Asadollahi pense que « ce ne sera pas sécuritaire pour lui de voyager aux États-Unis ». « J’imagine que je pourrais essayer pour voir ce qu’il se passe », a-t-il confié.

Amin Asadollahi est né en Iran, mais il a quitté son pays d’origine quand il était jeune et se considère un « athée agnostique ». Son passeport iranien n’est plus valide et il est considéré comme un citoyen canadien.

Ça exclut les gens seulement en raison de leur religion, de leur race, de leur ethnicité. C'est raciste et xénophobe.

Amin Asadollahi, résident d'Ottawa irano-canadien

M. Asadollahi estime que les droits de la personne sont acquis durement, mais se perdent facilement.

Avant le décret de Donald Trump, M. Asadollahi, qui travaille comme responsable de l'atténuation du changement climatique pour l'Amérique du Nord à l'Institut international pour le développement durable, a déjà été interrogé à l'aéroport d'Ottawa.

« Les agents frontaliers américains ont été très clairs sur le fait que j'étais interrogé uniquement à cause de mon lieu de naissance », a-t-il poursuivi.

Un voyage d’une famille d’origine iranienne tombe à l’eau

Avec ce nouveau décret, le voyage d'une famille d'Ottawa à Orlando en Floride vient de tomber à l'eau.

Arghavan Gerami n'a plus l'intention d'amener ses enfants à Disneyworld pendant la semaine de relâche. Même si elle a la double citoyenneté canadienne et iranienne, la mère de famille ne se sent tout simplement pas à l'aise de traverser la frontière.

« Honnêtement, ce n'est pas rassurant pour nous parce que nous ne nous sentons pas vraiment en sécurité », a-t-elle expliqué en anglais. « On aurait été en vacances dans un pays où franchement, on ne se sent pas les bienvenus. »

Arghavan Gerami craint pour la sécurité de sa famille et a peur que des incidents racistes ne surviennent. C’est pourquoi elle préfère rester au Canada et annuler son voyage.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine