Retour

Des performances qui diffèrent pour Andrew Scheer et Brad Trost lors du débat en français

Les deux candidats saskatchewanais dans la course à la direction du Parti conservateur du Canada ont offert des performances différentes lors du débat en français mardi soir, selon l'analyse du professeur en sciences politiques à l'Université de l'Alberta Frédéric Boily.

Andrew Scheer et Brad Trost font partie des 13 candidats qui ont participé à ce premier débat en français qui s’est tenu à Québec. Brad Trost a d'ailleurs été cité parmi les candidats dont le français était plutôt laborieux.

Selon Frédéric Boily, le député de Saskatoon-University aurait de la difficulté à participer à un débat en français comme ceux qui ont lieu durant les élections. Il précise toutefois que la formule du débat mardi soir a aidé les candidats qui maîtrisent moins bien la langue française puisque les réponses devaient être de courte durée.

« Brad Trost a été un des rares à parler d'islamisme radical et ça, ça passe mal en dehors du cercle conservateur » indique M. Boily. Le professeur croit que c’est un aspect qui l’a désavantagé. Selon lui, M. Trost s'est trop concentré sur son discours entourant les valeurs « 100 % conservatrices ».

Le député de Regina-Qu'Appelle, quant à lui, a su faire bon usage de ses compétences à parler en français, souligne M. Boily. « Mais, je dois dire que je m'attendais à peut-être une meilleure aisance en français de la part d’Andrew Scheer », soutient-il.

M. Scheer est un candidat rassembleur d’après le professeur de l’Université de l’Alberta. Frédéric Boily note que ce candidat a été un des rares à faire preuve d’humour durant le débat. Il fait également valoir qu’Andrew Scheer s’est bâti une certaine crédibilité grâce à des appuis venant de députés du Québec et de plusieurs autres provinces. Un avantage, selon Frédéric Boily.

Kevin O'Leary confirme sa candidature

Un nouveau candidat dans la course à la direction du parti vient de s'ajouter mercredi matin. Frédéric Boily croit que ce quatorzième candidat, Kevin O’Leary, se démarque puisqu’il n’a pas le même profil que les autres candidats.

« Son arrivée va susciter un débat sur la place du français, mais il faut dire qu’en fin de semaine, Kevin O’Leary a changé son discours et a dit qu’il pourrait apprendre la langue lors d’une entrevue », ajoute Frédéric Boily.

Il rappelle que si le candidat a décidé de finalement se présenter, c’est parce qu’il pense avoir des chances de gagner.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine