Retour

Des primes pour des cadres ayant travaillé sur Phénix

Alors que les problèmes s'accumulent avec le système de paye Phénix, des cadres travaillant sur ce projet ont reçu de généreuses primes de rendement.

Entre avril 2015 et mars 2016, 340 cadres de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) se sont partagé près de 5 millions de dollars de primes de rendement. Ils ont reçu chacun en moyenne 14 000 $ en prime.

Certains d’entre eux – la sous-ministre de SPAC, Marie Lemay, n’a pas pu dire combien – ont travaillé de près ou de loin sur le système de paye Phénix, qui a connu d’importants ratés.

Lors d’une mise à jour des problèmes liés à Phénix dans le cadre des déclarations d’impôts, mercredi, Mme Lemay a tenu à souligner que ces montants n’étaient pas des bonis, mais bien des primes faisant partie de la rémunération de certains employés.

Selon le site web du Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, une prime de rendement « peut être accordée à l'employé dont le rendement est coté entièrement satisfaisant, supérieur ou exceptionnel, dont le traitement est déjà au taux normal ou vient d'atteindre le taux normal par suite d'une augmentation à l'intérieur de l'échelle ».

La sous-ministre a également souligné que les cadres séniors du projet Phénix n’avaient toujours pas reçu leurs primes de rendement, celles-ci étant « en attente ».

« Les cadres qui ont eu leurs primes sont de niveaux inférieurs, des gens qui ne sont pas nécessairement à 100 % sur le projet », a expliqué Mme Lemay.

L'opposition aux Communes réagit

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, a accusé le gouvernement de ne pas prendre le fiasco de la gestion du système de paye Phénix au sérieux.

« Il va falloir que le gros bon sens prime à un moment donné! », a-t-il tonné. « Donner un bonus à quelqu'un qui a fait une telle erreur administrative, ça n'a pas de sens! »

« Il est clair que Phénix est une tache dans notre histoire en matière de gestion de fonds publics, mais aussi des travailleurs », a déclaré Gérald Deltell, député conservateur de Louis-Saint-Laurent. « Tant et aussi longtemps que la situation n'est pas réglée, on [doit] se garder une petite gêne pour ces bonus-là. »

« Il y a du monde qui a de la misère à payer leur hypothèque! Il y a du monde qui doit s'endetter pour terminer le mois. Et là, on leur dit que ce bonus-là a été prévu », a réagi Alupa Clarke, député conservateur de Beauport-Limoilou. « Moi, je dis que si le bureaucrate n'a pas bien fait son travail, peu importe ce qui est prévu, il ne devrait pas avoir son bonus. »

Une situation d'abus, dit un important syndicat

Dans une déclaration écrite envoyée à Radio-Canada, la présidente de l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) se dit « terriblement » fâchée par les primes versées aux cadres ayant travaillé sur le système de paye Phénix.

« Si cela s’avère exact, il s’agit là d’une utilisation abusive de l’argent des contribuables canadiens », affirme Debi Daviau.

Elle rappelle que de nombreux fonctionnaires fédéraux attendent toujours de recevoir les sommes qui leur sont dues. Selon elle, ce fait rend « la situation [...] d’autant plus indignante ».

L'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) a, elle aussi, réagi par l'entremise de la présidente nationale Robyn Benson.

« Quel message le gouvernement envoie-t-il à nos membres? Qu’ils pèsent peu dans la balance et que ça ne change rien s’ils ne sont pas payés », a-t-elle reproché. « Si vous êtes cadre et faites mal votre travail, vous ne méritez pas de prime! »

La ministre responsable de Phénix tente de calmer le jeu

En après-midi mercredi, la ministre Judy Foote a indiqué que quatre cadres supérieurs ayant contribué à l'implantation du système de paye Phénix ne travaillent plus pour Services publics et Approvisionnement Canada et n'ont pas reçu de prime de rendement.

À sa sortie de la Chambre des communes, Mme Foote a déclaré qu'aucun des cadres supérieurs ayant travaillé sur le système Phénix n'occupait encore ses fonctions, et qu'aucun n'avait touché quelque prime que ce soit.

La ministre n'a pas voulu dire si les hauts fonctionnaires avaient été congédiés, répétant simplement qu'ils ne travaillaient plus pour le ministère.

Mme Foote n'était pas en mesure de confirmer si les quatre cadres travaillaient désormais dans d'autres ministères, ou s'ils toucheraient des primes ailleurs au sein du gouvernement.

Avec les renseignements de la journaliste Catherine Lanthier

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine