Retour

Des professionnels de la santé s'inquiètent de la prise en charge massive de patients par les omnipraticiens

En Outaouais, depuis le début novembre, 9400 personnes se sont vu assigner un médecin de famille. Il s'agit d'une bonne nouvelle en soi, mais certains professionnels de la santé craignent des conséquences néfastes sur le système de santé déjà fragilisé.

C'est du moins le cas des membres de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS). Le vice-président régional, Christian Meilleur, croit que si plus de patients consultent leur médecin régulièrement, plus de personnes seront référées à des spécialistes pour des examens de toutes sortes.

« Le système de santé n'arrivera pas à livrer la marchandise », prédit M. Meilleur, qui soutient qu'avec les conditions actuelles « il sera assurément engorgé ».

M. Meilleur trouve « étonnant qu'en année préélectorale, on pellette cette responsabilité ». Le porte-parole de la FSSS en Outaouais croit que le gouvernement « veut se donner bonne conscience »

Le gouvernement Couillard devrait plutôt accroître le financement des établissements de santé qui seront plus sollicités, en plus de « réinvestir pour aider les employés », plaide Christian Meilleur.

Le CISSS de l'Outaouais plus optimiste

Le directeur des services professionnels au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais, le Dr Guy Morissette, rappelle que les médecins qui viennent de prendre de nouveaux patients ont trois ans pour leur fixer un premier rendez-vous.

Et il ne s'attend pas à ce que toutes ces personnes appellent leur médecin dès demain.

« L'augmentation des consultations ne suit pas nécessairement », indique le Dr Morissette.

Le Dr Morissette croit également que la plupart des patients orphelins qui ont maintenant un médecin de famille étaient tout de même des utilisateurs du système de santé, et « qu'il n'y aura pas nécessairement beaucoup de consommation supplémentaire » dans le réseau de la santé.

Il y voit aussi des effets bénéfiques, notamment au niveau de la prévention, parce que les maladies seront détectées plus tôt et plus rapidement chez les patients suivis régulièrement.

Il affirme que le personnel médical va s'ajuster aux nouvelles demandes, comme il s'ajuste déjà à l'augmentation de la demande pour des services en raison de la croissance normale de la population.

Avec les informations d'Estelle Côté-Sroka

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine