Retour

Des ruptures de services en santé réglées en juin?

Le premier ministre Philippe Couillard croit que l'entente conclue avec les médecins spécialistes mettra fin aux ruptures de services dans les hôpitaux, comme celles causées par le manque d'anesthésiologistes.

En entrevue avec la chef d’antenne Caroline Cyr, Philippe Couillard a d’abord souligné l’amélioration des soins de santé dans l’Est-du-Québec, notamment grâce à une plus grande accessibilité à des médecins de famille.

Mais, au cours des derniers mois et des dernières années, plusieurs élus et citoyens ont dénoncé les ruptures de services dans les plus petits centres hospitaliers, parce qu'elles forçaient parfois des patients à parcourir plusieurs dizaines de kilomètres pour être soignés.

Les solutions promises pour Pâques par le ministre de la Santé Gaétan Barrette ne se sont pas concrétisées. Devant cet état des lieux, M. Couillard souhaite se faire rassurant, et estime que les nouvelles responsabilités des médecins spécialistes règleront le problème.

« On commence par l’anesthésie, mais par la suite, ce sera pour la chirurgie générale et ce qu’on appelle les spécialités de base », ajoute-t-il.

Concernant l’hôpital de La Pocatière, le premier ministre indique qu’un anesthésiste étranger est sur le point d’être recruté, mais il doute qu’il puisse être en fonction dès cet été. Il assure par contre que tous les quarts de travail seront comblés par des médecins de passage cet été.

Le défi de la main-d’œuvre

Devant le manque de main-d’œuvre criant dans les régions, Philippe Couillard pense que l’immigration est au cœur de la solution. Le premier ministre affirme que le ministère de l'Immigration sera bientôt de retour dans chaque région du Québec pour aider à contrer la pénurie de travailleurs.

M. Couillard a réitéré que la solution à cette pénurie passait de façon incontournable par l'immigration et par une bonne intégration des personnes immigrantes.

Le gouvernement souhaite donc s'assurer de la présence d'au moins une ressource du Ministère de l'Immigration dans chaque région du Québec. Cette ressource aurait pour mandat de faire le lien entre le Ministère et les entreprises.

« On peut appeler à Québec, mais vous savez, avoir quelqu'un plus près, c'est vraiment utile. Aller visiter des entreprises, s'assurer que les processus d'intégration se font. On veut également que la francisation, maintenant, se fasse davantage en entreprise. Ça prend bien sûr de grosses entreprises pour le faire, mais on a plusieurs exemples au Québec, et pas uniquement dans les grandes villes, d'entreprises qui ont établi, avec leur commission scolaire, un processus de francisation dans l'entreprise. »

Le premier ministre croit que le projet pourrait commencer dès l'été.

Protection de l’eau potable

Philippe Couillard assure que le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Moreau, compte présenter une nouvelle version plus sévère en lien avec la protection des sources d’eau potable.

En mars dernier, des représentants de plus de 300 municipalités du Québec ont voté à l'unanimité une résolution qui leur permettrait d'aller devant les tribunaux si Québec n'impose pas des normes plus sévères afin de protéger leurs sources d'eau potable.

Même s'ils concèdent voir des signes positifs au gouvernement provincial, ils menacent d'entamer des démarches judiciaires si les lois n'évoluent pas rapidement.

M. Couillard estime toutefois que les règlements en vigueur étaient déjà les plus stricts au pays :

Le premier ministre conclut samedi une tournée de deux jours au Bas-Saint-Laurent.

Avec la collaboration de Caroline Cyr et Émilie Talbot-Hamon

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce que vous préférez à propos de l’automne selon votre signe





Rabais de la semaine