Retour

Deux fois plus de plaintes pour les services en français à Ottawa en 2017

Le nombre de plaintes relatives à la prestation des services en français qu'a reçu la Ville d'Ottawa est passé de 23 en 2016 à 47 en 2017. C'est ce qu'indique le dernier Rapport sur les services en français adopté par le conseil municipal, mercredi.

S'il s'agit d'une augmentation notable, il faut dire que ce nombre de plaintes demeure inférieur à la moyenne des dernières années.

« Toutes les plaintes reçues en 2017 ont été résolues. Le temps moyen de traitement était de 12,2 jours ouvrables », peut-on par ailleurs lire dans le rapport rédigé par des fonctionnaires municipaux.

Les plaintes concernaient surtout des questions de signalisation ou d'affichage de l'information, de la communication écrite ou de l'interaction directe dans la langue de choix.

Bien que 25 citoyens aient soumis des plaintes au total, 60 % des plaintes ont été déposées par les six mêmes résidents.

Réaction du commissaire ontarien

Le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau, a pris note de l'augmentation du nombre de plaintes au niveau municipal.

Son bureau a lui aussi reçu davantage de plaintes de résidents d'Ottawa au cours de la dernière année. Pour M. Boileau, la désignation d'Ottawa comme ville bilingue serait une possible explication.

« C'est un sujet que les citoyens ont très à coeur et peut-être que ça s'est manifesté dans le cadre de plaintes supplémentaires », a-t-il supposé.

Le commissaire estime néanmoins que ses rapports avec la Ville pourraient s'améliorer.

« Lorsqu'on enquête auprès de la Ville, on reçoit une réponse qui est relativement brève », a-t-il déploré. « C'est comme s'il y avait une fin de discussion. Ce que je souhaite, c'est plus de discussion [...] qu'ils soient un peu plus ouverts avec nous. »

Plus d'articles