Retour

Deuxième élection, mais première campagne pour Ruth Ellen Brosseau

Il y a quatre ans, Ruth Ellen Brosseau était une candidate fantôme. Élue sans avoir mis les pieds dans Berthier-Maskinongé, la candidate néo-démocrate a fait la manchette pour son séjour à Las Vegas en pleine campagne électorale. Elle fait maintenant tout en son pouvoir pour conserver son siège à Ottawa.

Ruth Ellen Brosseau a installé ses premières pancartes électorales lundi.

Durant la campagne électorale, Ruth Ellen Brosseau promet d'être omniprésente sur le terrain. Même si elle ne s'attendait pas à ce que la campagne dure aussi longtemps, la néo-démocrate se montre enthousiaste face à ce défi. « Je suis vraiment contente [...] Ça fait déjà une semaine et un jour. Ça va être la plus longue campagne, un marathon. »

Sans surprise, Ruth Ellen Brosseau s'estime beaucoup mieux organisée que lors de la campagne de 2011. « Cette fois-ci, on a plusieurs bénévoles, des militants, on a nos pancartes, on a notre bureau de campagne. Les journées sont occupées, mais je suis vraiment heureuse », dit-elle.

La candidate affirme qu'elle a « fait beaucoup de chemin depuis quatre ans ». Son élection en avait étonné plusieurs au point où certains de ses adversaires avaient réclamé un nouveau scrutin. Nouvellement élue, elle avait mis plusieurs jours avant de se présenter dans sa circonscription.

« Depuis mon élection, le 2 mai 2011, j'ai vraiment travaillé fort pour être une voix forte, pour être présente, pour connaître mes dossiers et bien les défendre à Ottawa », raconte celle qui est passée du statut de parfaite inconnue du public à vice-présidente du caucus national de son parti.

Les autres candidats s'activent

Le candidat du Bloc québécois Yves Perron compte aussi travailler d'arrache-pied dans Berthier-Maskinongé. Il veut reconquérir cette circonscription autrefois bloquiste. Depuis son investiture officielle, le 9 mai, l'enseignant fait du porte-à-porte et participe à divers événements dans la région. Ses pancartes électorales seront installées autour de la fin août.

Le candidat libéral Pierre Destrempes, quant à lui, vient aussi d'installer ses pancartes électorales.

Pour ce qui est du Parti conservateur du Canada, il n'a toujours pas de candidat dans Berthier-Maskinongé. Selon les instances du Parti, une investiture doit avoir lieu d'ici quelques semaines.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine