Retour

Discours du Trône : le gouvernement s'attaquera au coût de la vie

Le premier discours du Trône du gouvernement de John Horgan met en lumière les accomplissements des néo-démocrates en poste depuis sept mois et se focalise entre autres sur les services de garde et le logement abordable.

Un texte de Noémie Moukanda

Après les promesses, c’est l’heure de vérité sur les intentions du nouveau Parti démocratique. John Horgan l’a répété en campagne électorale, il veut rendre la vie des Britanno-Colombiens plus facile et abordable. Les mesures annoncées mardi lors d'un discours du Trône plus long qu'à l'habitude vont dans ce sens.

Dans le discours présenté par la lieurenante-gouverneure, Judith Guichon, le gouvernement promet de « relever les défis auxquels font aujourd'hui face les familles et accorder la priorité aux personnes, peu importe qui elles sont ou l'endroit où elles vivent ».

Pour un logement abordable

Le discours n’a pas donné de détails sur les mesures qui seront prises pour rendre le logement et garde d'enfants plus abordables, mais la présentation du budget qui se tiendra mardi prochain fera la lumière sur ces mesures. Le logement, a souligné John Horgan, sera au coeur du budget de la province pour l'année 2018.

Le gouvernement promet d'aller de l'avant sur un certain nombre de questions, notamment :

  • de nouvelles mesures dans le budget pour « traiter de l'effet de la spéculation sur les prix de l'immobilier »;
  • des lois pour « sévir contre la fraude fiscale, l'évasion fiscale ainsi que le blanchiment d'argent dans le marché immobilier de la Colombie-Britannique »;
  • permettre aux villes de délimiter les zones de leurs communautés spécifiquement pour le logement locatif;
  • aider les universités et les collèges publics à construire de nouveaux logements pour les étudiants, ce qui constitue actuellement un défi en raison de leur incapacité à s'endetter pour de tels projets;
  • une meilleure protection des locataires menacés d'expulsion en raison de travaux de rénovation ou de démolition.

La Colomblie-Britannique connaîtra cette année « le plus grand investissement pour le logement abordable de son histoire », selon les néo-démocrates, qui profitera autant aux personnes à faible revenu, qu'aux personnes âgées ou aux autochtones et aux étudiants.

Par ailleurs, un budget est prévu pour rénover les logements sociaux qui ne l'ont plus été depuis 20 ans, mentionne le discours. Toutefois, le gouvernement Horgan a passé sous silence le crédit de 400 dollars aux locataires promis lors de sa campagne électorale. « Une promesse phare qui semble être évacuée », souligne Nicolas Kenny, historien à l'Université Simon Fraser. Pour lui, « ce sera intéressant » de voir les détails de « ces larges ambitions ».

Le chef de l'opposition, Andrew Wilkinson, croit que le NPD vient de démontrer clairement que beaucoup de ces promesses électorales ne seront pas tenues.

Des services de garde moins chers

La mise en place d'un système de garderies à 10 $ était une promesse phare du NPD de la Colombie-Britannique lors des dernières élections. Rien n’a été dit sur ce plan dans le discours du Trône. Le premier ministre Horgan se veut toutefois rassurant, affirmant que cela demeure l'un des objectifs de son gouvernement, même s'il faudra des années pour le mettre sur pied.

Mais les différentes initiatives qui seront prises « aideront des dizaines de milliers de familles », estime-t-il. En attendant, Victoria dit qu'elle commencera à accroître la formation des éducateurs de la petite enfance et à adopter une nouvelle loi pour permettre aux parents d'être mieux informés sur les différents services de garde non agréés.

Sonia Furstenau, députée du Parti vert provincial, trouve « très gratifiant de voir se concrétiser certains des résultats des consultations avec le gouvernement sur les services de garde d'enfants ». Elle estime que c'est « un modèle progressif basé sur le revenu qui aidera grandement les familles de la Colombie-Britannique qui en ont le plus besoin ».

En outre, le gouvernement fédéral vient d'approuver 153 millions de dollars sur trois ans à la Colombie-Britannique pour que la province puisse financer son plan d'action en matière de garde d'enfants.

Un discours qui donne de l'espoir

Victoria a plusieurs fois mentionné que la bonne santé économique de la province devait profiter aux Britanno-Colombiens aussi.

« En s'attaquant à la crise du logement et en investissant massivement dans la garde d'enfants, le gouvernement néo-démocrate a déplacé l'attention des familles aisées vers les défis quotidiens auxquels font face les familles et les collectivités de la Colombie-Britannique », a déclaré le syndicat des travailleurs hospitaliers (HEU). Pour le syndicat, « c'est rafraîchissant » d'entendre un tel discours après les 16 ans au pouvoir du Parti libéral.

De son côté, l'Institut Pembina, un organisme de défense de l'environnement, espère que le gouvernement du premier ministre John Horgan prendra des « mesures décisives pour freiner la pollution causée par le carbone ». L'Institut se dit « ravi de la volonté du gouvernement de protéger les emplois et la compétitivité économique en renforçant la taxe sur le carbone de la Colombie-Britannique. Un prix plus élevé sur la pollution par le carbone est une étape-clé pour assurer une économie prospère, des communautés sûres et des familles saines ».

Dans un discours qui a duré presque une heure, le gouvernement a ratissé large : la crise des surdoses qui fait des ravages dans la province, les soins de santé et les temps d'attente, le boom du secteur technologique, la foresterie, le salaire minimum, les transports en commun, le pont Pattulo qui est voué à disparaître, la légalisation du cannabis, pour n'en citer qu'eux.

Plus d'articles