Retour

Discours sur l’état du N.-B. : l’accent sur la littéracie, les PME

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, a notamment promis que son gouvernement s'attaquerait à l'analphabétisme et qu'il réduirait l'impôt des petites et moyennes entreprises pour les rendre plus concurrentielles, jeudi soir, dans son discours annuel sur l'état de la province.

Le premier ministre a déclaré que son gouvernement dépenserait 7 millions de dollars pour améliorer le taux de littéracie dans la province, parmi les plus faibles au pays, particulièrement chez les francophones. Ce montant avait déjà été annoncé dans le budget 2016-2017, une somme qu'on destinait à la petite enfance, aux élèves et aux adultes.

Il s’est aussi engagé à réduire l’imposition des PME au taux le plus faible à l’est du Manitoba. Son gouvernement dépensera d’autre part 230 millions de dollars sur la santé mentale, ainsi que sur les soins de santé généraux et à domicile.

Il a répété que son gouvernement ne fermerait pas d’hôpitaux ruraux dans la province tant qu’il sera premier ministre.

Trois grandes priorités

Son discours contenait peu de nouvelles idées, mais il a rappelé les grands axes sur lesquels sont gouvernement mise pour améliorer la qualité de vie des Néo-Brunswickois : l’économie, l’éducation et la santé.

Il a affirmé que les plans adoptés par son gouvernement pour la croissance économique, pour l’éducation et pour les familles allaient idéalement permettre à tous les Néo-Brunswickois d’avoir une place sur le marché de l’emploi.

Il a rappelé que l’analphabétisme est actuellement une barrière importante à l’emploi.

Dans son dernier budget, le gouvernement Gallant avait d’ailleurs promis de dépenser 4,5 millions de dollars sur une nouvelle stratégie en littéracie. Il n’a pas voulu dire, jeudi soir, si la somme de 7 millions de dollars pour la littéracie évoquée dans son discours était de l’argent neuf ou si une partie proviendra des sommes promises l’an dernier.

L'investissement sera utile selon Marc Arseneau, le président de l'Association des enseignantes et des enseignants francophones du N.-B., à condition que le monde de l'éducation soit consulté. « Cet investissement est intéressant, mais reste à savoir ce qui va aller dans les écoles. Nous, ce qu’on favorise, [c'est qu']on demande toujours aux professionnels à savoir comment on va investir ces argents parce que c’est important pour qu’on puisse bien en bénéficier. »

Énergie Est toujours au menu

L’un des projets majeurs sur lesquels son gouvernement mise beaucoup pour le développement économique de la province, le pipeline Énergie Est, a été mis en doute plus tôt cette semaine lorsque le président américain Donald Trump a relancé le projet d’oléoduc Keystone XL entre l’Alberta et les États-Unis.

Le gouvernement Gallant ne baisse pas les bras. Le premier ministre entend continuer à défendre Énergie Est qui doit amener le pétrole des sables bitumineux jusqu’à Saint-Jean, dans le sud du N.-B.

S’agissant des États-Unis, il a insisté sur l’importance, pour le N.-B., de maintenir de bonnes relations commerciales avec le voisin américain en dépit des velléités protectionnistes de Donald Trump. Ce commentaire est bien accueilli par Mike Légère, de Forêt NB, un organisme qui représente l'industrie forestière. « C’est bien plus facile de négocier avec quelqu’un avec qui on a une relation qu’avec quelqu’un de qui on est inquiets ou on a peur », a-t-il dit.

Il entend travailler de concert avec le fédéral « pour faire comprendre à nos amis américains que nous sommes un client important ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine