Retour

Don Iveson promet la gratuité des transports aux enfants de moins de 12 ans

Le maire sortant d'Edmonton, Don Iveson, a réservé sa dernière promesse de campagne aux jeunes familles, mardi. À moins d'une semaine du vote, l'élu de 38 ans, père de deux enfants, a promis de faire d'Edmonton la ville la plus familiale du Canada en offrant, notamment, la gratuité des transports collectifs pour tous les enfants de moins de 12 ans.

Un texte de Sébastien Tanguay

Entouré de son épouse et de sa plus jeune fille, il a présenté un plan en cinq points visant à ce qu'Edmonton -- « la plus jeune ville du pays » -- fasse l'envie du monde par sa qualité de vie.

Don Iveson promet entre autres de réduire la vitesse autour des zones scolaires et d'augmenter le nombre de passages piétonniers.

Il entend également améliorer la collaboration entre la Ville et les conseils scolaires afin que les écoles soient pensées comme des carrefours communautaires, des lieux de rencontre qui rythment la vie d'un quartier et de ses résidents.

Le maire sortant veut aussi augmenter le nombre de places abordables en garderie et offrir aux familles à faible revenu la chance de s'épanouir.

Mais sa mesure phare pour faire d'Edmonton la ville des familles, c'est la gratuité du transport public pour les enfants âgés de moins de 12 ans.

Un engagement qu'il n'a pas chiffré, mais qui aurait un coût presque nul, à en croire l'expérience torontoise.

Comme ces enfants utilisent les transports le soir et les fins de semaine, les inviter à prendre place gratuitement ne coûterait rien puisque des places sont toujours disponibles à ces périodes, selon le maire sortant.

« À Toronto, on voit plus de familles aller au zoo, aller aux parcs, aller le long du littoral, simplement parce qu'on a enlevé les coûts financiers et logistiques du transport », maintient Don Iveson.

Questionné sur les raisons qui l'ont motivé à limiter cette offre aux enfants de 11 ans et moins, le maire sortant indique qu'après consultations, il a été établi que la gratuité pour les enfants de 12 ans et plus aurait eu « un plus grand impact économique. »

Il faudra attendre au jour du scrutin, soit le 16 octobre, pour savoir si les jeunes familles se laissent courtiser par la promesse du maire sortant.

Pour l'instant, ce dernier navigue vers une victoire facile, prenant une solide avance sur ses 12 concurrents dans un sondage Léger paru la semaine dernière qui le gratifie de 45 % des intentions de vote.

Plus d'articles

Commentaires