Retour

Don MacIntyre a démissionné le lendemain de sa comparution pour agression sexuelle

Le député Don MacIntyre a démissionné du caucus du Parti conservateur uni le 2 février, au lendemain de sa comparution à Red Deer pour des accusations d'agression sexuelle. Ces accusations faisaient l'objet d'un interdit de publication jusqu'à vendredi matin.

CBC/Radio-Canada a appris lundi qu'il avait aussi démissionné de son poste de député de la circonscription d'Innisfail-Sylvan Lake.

Selon les documents de la cour, il a comparu devant le tribunal de Red Deer le 1er février pour répondre à des accusations d'agression sexuelle et de contacts sexuels.

L’accusation de contact sexuel est utilisée lorsqu’une personne « à des fins d’ordre sexuel touche directement ou indirectement, avec une partie de son corps ou avec un objet, une partie du corps d’un enfant âgé de moins de seize ans », indique le gouvernement fédéral sur Internet.

Le juge Glenn Poelman, qui a retiré l’interdit de publication décidé par un juge de paix, a dit qu’il s’agissait d’une erreur de droit qui « contrevient à la liberté des médias de rapporter les procédures judiciaires ».

La prochaine comparution de Don MacIntyre doit avoir lieu le 15 février.

Le député a tweeté, le 2 février, qu’il démissionnait pour se concentrer sur sa famille.

Jason Kenney « choqué et dégouté »

Le chef du Parti conservateur uni, Jason Kenney, a rapidement réagi par voie de communiqué après que l’interdit eut été levé.

« J’ai été choqué et dégouté d’apprendre ces accusations sérieuses portées contre l’ancien député Don MacIntyre. Il y a peu de crimes plus ignobles que les crimes sexuels contre des enfants, et ceux qui en sont reconnus coupables méritent les conséquences juridiques les plus sévères possible », dit-il.

Il ajoute avoir pris connaissance des accusations le 2 février, lorsque le leader parlementaire du parti a reçu la démission du député d’Innisfail-Sylvan Lake.

Le PCU a également pris connaissance de l’interdit de publication et n’a donc pas commenté publiquement les raisons du départ de M. MacIntyre.

Jason Kenney maintient toutefois qu’il a demandé à ses conseillers juridiques de soutenir toute demande de lever l’ordonnance de non-publication, étant donné que « la gravité des accusations portées en fait une question d’intérêt public ».

Député depuis 2015

Don MacIntyre, 62 ans, était député d'Innisfail-Sylvan Lake depuis 2015.

Avant sa démission, il était le porte-parole du PCU en matière d'électricité et d'énergies renouvelables.

Avant cela, il était instructeur à temps partiel à NAIT et travaillait comme directeur technique pour une société géothermique privée d'outre-mer.

Don MacIntyre a été critiqué par le NPD l'année dernière après avoir laissé entendre que la science n'avait pas prouvé de façon concluante que les changements climatiques sont un problème d'origine humaine.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu’est-ce que le fétichisme des pieds?





Rabais de la semaine