Retour

Donald Sutherland défend son droit de voter au Canada

L'acteur Donald Sutherland, qui habite aux États-Unis, s'insurge du retrait du droit de vote aux expatriés dans une lettre publiée dans le quotidien Globe and Mail.

Le comédien canadien, né à Saint-Jean au Nouveau-Brunswick, mène une campagne contre le gouvernement Harper et la loi qui interdit aux citoyens canadiens qui vivent à l'extérieur du pays depuis plus de cinq ans de voter.

Dans sa lettre intitulée : « Je suis Canadien et j'ai le droit de voter », Donald Sutherland se dit fier de sa citoyenneté canadienne et explique qu'il a toujours refusé d'obtenir la citoyenneté américaine, et ce, même s'il habite et travaille aux États-Unis depuis de nombreuses années.

« Nous avons vécu au Canada tant que nous le pouvions. Notre maison familiale y est. Demandez à n'importe quel journaliste qui m'a interviewé quelle nationalité je revendique fièrement? Demandez-leur. Ils vous le diront que je suis canadien. Mais je suis un expatrié et le gouvernement Harper empêche les expatriés de voter aux élections canadiennes », écrit-il dans une lettre qui a généré des centaines de commentaires.

La disposition sur le retrait de vote aux expatriés de longue date a été incluse dans la Loi électorale du Canada en 1993. En 2011, un couple d'Ontariens vivant aux États-Unis l'a contestée et la Cour supérieure de l'Ontario leur avait donné raison l'an dernier, annulant la mesure. Le gouvernement fédéral a réussi, la semaine dernière, à faire casser cette décision.

Le gouvernement soutenait en appel que le fait de limiter à cinq ans la durée du séjour à l'extérieur du Canada permettait de renforcer le lien d'appartenance entre les expatriés et leur pays d'origine. La majorité des juges lui auront donné raison.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine