Tout semble reposer sur la relation qui existera entre le maire John Tory et Doug Ford, le nouveau premier ministre conservateur de l'Ontario. Les deux hommes se sont affrontés à maintes reprises au cours de leur carrière politique, mais toujours sur un pied d'égalité.

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

Le maire de Toronto a toujours soutenu qu'il peut trouver un terrain d'entente avec ses adversaires. John Tory dit que cela fait partie de ses responsabilités surtout lorsqu'il défend les priorités de la Ville.

Jusqu'à présent, il a été capable de former des partenariats fructueux avec les deux autres ordres de gouvernement. Ses qualités de négociateur pourraient être mises à l'épreuve.

Selon le maire Tory, il faut continuer à construire le réseau de transports en commun, à investir dans des logements abordables et à faire progresser la Ville entière.

Promesses électorales conservatrices

Les promesses électorales du premier ministre désigné, Doug Ford, inquiètent le conseiller municipal et président de la Commission de transport de Toronto (CTT), Josh Colle.

M. Ford veut effectuer des changements au métro de Scarborough, ajoute-t-il, il remet aussi en question la ligne d'allègement du centre-ville, le train léger sur rail (TLR) Finch Ouest et il ne souhaite pas poursuivre le projet de TLR Waterfront.

Le TLR Waterfront est un élément important du projet d'aménagement résidentiel des Port Lands, selon la conseillère municipale Paula Fletcher.

Le nouveau premier ministre devra respecter les décisions du conseil municipal, dit-elle, et ne pas essayer d'être le maire de Toronto, car Toronto a déjà un maire.

Représentation politique

Stephen Holyday, un des conseillers municipaux d'Etobicoke, croit que l'élection de Doug Ford est une très bonne nouvelle pour les citoyens. Selon lui, M. Ford maîtrise bien les dossiers importants pour la Ville.

Il admet toutefois qu'il pourrait y avoir d'énormes pressions au sein du conseil municipal parce qu'il n'est pas représentatif de la nouvelle réalité politique : conservateurs en banlieue et NPD au centre-ville.

La Ville ne peut pas se permettre une telle distraction, ajoute l'élu.

Le conseiller municipal Vincent Crisanti pour sa part affirme que le premier ministre Doug Ford a à coeur le bien-être et la prospérité de Toronto.

Il est encore trop tôt pour savoir quelles sont les intentions du nouveau gouvernement conservateur. Elles semblent toutefois susciter autant la confiance que la méfiance chez les élus municipaux.

Plus d'articles