Retour

Élargissement de la zone de protection des sources d'eau: le mouvement prend de l'ampleur

Le nombre de municipalités qui adoptent un règlement pour élargir la zone de protection des sources d'eau potable sur leur territoire continue de prendre de l'ampleur partout au Québec, notamment sur la Côte-Nord.

Dans la région, c’est maintenant sept municipalités qui ont adopté des règlements pour accroître la distance minimale au-delà de 500 mètres actuellement prévus.

Même si certaines municipalités de la Minganie n’ont pas encore adopté de tels règlements avec leur conseil, la MRC a voté à l’unanimité une motion en ce sens, a souligné le préfet Luc Noël.

En entrevue lundi, à l’émission Bonjour la Côte, le préfet de la MRC de la Minganie, Luc Noël, a plaidé que le règlement indiquant une limite de protection de 500 mètres a été modifié en 2014 pour accommoder les tenants d'une exploitation de la formation géologique Macasty, sur Anticosti. Selon lui, il est temps de réviser la règlementation.

Plus de pression sur David Heurtel et le gouvernement Couillard

La pression s’accentue sur le ministre de l’Environnement, David Heurtel. Un front commun de 230 municipalités québécoises a déposé auprès du ministère de l'Environnement du Québec, un règlement qu'elles ont adopté et qui imposerait une distance minimale de deux kilomètres entre une source d'eau et des puits gaziers ou pétroliers.

Sur la Côte-Nord, Aguanish, Havre-Saint-Pierre, L'Île d'Anticosti, Natashquan, Rivière-au-Tonnerre et Port-Cartier ont adopté un règlement pour élargir les zones de protection des sources d'eau potable.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine