Retour

Élections dans Ritchot : tout est possible, même le retour d'un conseil à l'identique

La Municipalité rurale de Ritchot aura-t-elle bientôt un tout nouveau conseil... ou exactement le même? Les électeurs auront leur réponse mercredi prochain. Le nombre de candidats dans la course pour ces élections partielles - 15 au total - semble toutefois signaler un certain regain d'intérêt pour la politique locale.

Un texte de Camille Gris Roy

Les élections partielles du 19 juillet ont été déclenchées à la suite de la démission de la mairesse Jackie Hunt et de deux des quatre conseillers de la municipalité, Ron Mamchuk et Jeannot Robert.

Dans une déclaration publiée le 2 mai, Jackie Hunt affirmait qu'elle avait pris la décision « crève-coeur » de partir car elle était victime d'intimidation et de « comportements inappropriés ». La province a alors dissous le conseil qui ne comptait plus que deux membres, Ernie Dumaine et Corinne Webb.

« J’étais dans un conseil qui était toujours en conflit, précise Jackie Hunt en entrevue avec Radio-Canada. On a tenté la médiation, mais ça s’est dégradé à tel point qu’on en est arrivés à une attitude belliqueuse et d’intimidation. Certains conseillers, lors de réunions publiques, ont employé des termes vulgaires à mon égard. »

Les conseillers non démissionnaires, pour leur part, se sont défendus dans une lettre en soutenant que Mme Hunt s'était plutôt placée en conflit d'intérêts par rapport à la construction d'une patinoire extérieure à Saint-Adolphe.

« J’ai toujours été respectueuse et je continuerai à [...] promouvoir la transparence et à prendre des décisions objectives basées sur les règlements », a soutenu Corinne Web lors d’un débat des candidats mardi soir.

Retour dans la course

Les 15 candidats aux élections partielles ont participé au forum de mardi, organisé par la chambre de commerce de Ritchot, auquel plus de 200 personnes ont assisté. Parmi eux, tous les anciens conseillers ainsi que l’ex-mairesse Hunt se représentent.

Les conseillers Ernie Dumaine et Corinne Webb ont tous les deux souligné mardi soir qu'ils n'avaient pas choisi, eux, de démissionner, et qu'ils voulaient être réélus pour poursuivre le travail.

« Quand j’ai démissionné, je pensais être partie pour de bon », note Jackie Hunt. Elle n’avait toutefois pas prévu que deux de ses collègues démissionneraient également et dit avoir reçu du soutien par la suite, ce qui l’a encouragée à se représenter.

« J’ai fait beaucoup d’introspection, j’ai eu des discussions avec ma famille, mais je pense que finalement c’était la bonne chose à faire. »

Jeannot Robert, conseiller du Quartier 3 qui est déjà réélu par acclamation, explique qu’il avait démissionné en solidarité avec Jackie Hunt et parce qu’il n’y avait « plus de fonctionnement cordial ». « Mais c’est aussi pour toutes les femmes qui sont dans la vie politique, ajoute-t-il. Il n’y a pas de raison de traiter du monde de cette façon-là. »

Pour sa part, il a décidé de se présenter de nouveau pour terminer des projets sur lesquels la municipalité travaillait - par exemple, la caserne à Sainte-Agathe. « Ça fait deux mois qu’on ne fait rien, tout est sur pause. Ça va être pas mal d’ouvrage. »

Changement...ou retour à la case départ?

D’autres nouveaux candidats soulignent, eux, le besoin de changement. « Si on ne change pas l'atmosphère au conseil, rien ne pourra être accompli. Si vous élisez les mêmes personnes, vous aurez peut-être les mêmes résultats », a soutenu Robert Doiron, candidat dans le Quartier 2, lors de l’événement public de mardi.

« On a eu tellement de problèmes avec notre conseil récemment », commente le candidat Phil McDonald après le forum.

« Je ne crois pas que le mandat des deux conseillers qui étaient restés aurait dû être résilié, et que ceux qui ont démissionné auraient dû avoir le droit de se représenter, ajoute Alex Wallace, un résident de la municipalité. Mais il va falloir faire un choix. »

La réélection d’un conseil identique au précédent est toutefois une possibilité.

« C’est fort probable qu’il va y avoir des changements, pense Jeannot Robert. Mais si c’est tous les cinq conseillers, on n'a pas le choix, il va falloir s’enligner sur nos projets et se concentrer dessus. »

L’ex-mairesse Jackie Hunt assure qu’elle ne démissionnerait pas une seconde fois : « Je l’ai fait par principe ». Même si les élections municipales générales sont prévues dans un an, à l’automne 2018, elle soutient qu’il aurait été irresponsable de continuer jusque là avec l’illusion d’un conseil qui fonctionne. Dans tous les cas, les choses ont déjà changé, dit-elle.

Tom Tenhove, un autre résident, se réjouit au moins de l’intérêt marqué des habitants au forum public des candidats. « C’est triste que ce soit arrivé [...], mais j’ai espoir qu’on élira de bonnes personnes, et que ça ne se reproduira pas. »

Déjà des voix exprimées

L’administrateur temporaire de la Municipalité de Ritchot, Roger Bouvier, indique que 209 électeurs ont déjà fait valoir leur droit de vote lors des deux journées de scrutin par anticipation : 107 personnes le 28 juin, et 102 le 8 juillet. C’est un peu plus que d’habitude, note M. Bouvier.

À ce nombre s’ajoutent les quelque 35 personnes qui ont voté sous scellé directement aux bureaux de la municipalité à Saint-Adolphe. Les électeurs ont encore cette option tous les jours jusqu’au 19 juillet.

L’administrateur note que le nombre de candidats est un élément positif dans ces élections.

Roger Bouvier estime le coût du scrutin à environ 40 000 dollars.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine