Retour

Élections manitobaines de 2016 : et si le mode de scrutin avait été proportionnel?

Le Parti vert du Manitoba aurait fait son entrée à l'Assemblée législative et le Parti libéral aurait été davantage représenté si le scrutin avait été proportionnel aux élections provinciales d'avril 2016. Dans tous les cas, le Parti progressiste-conservateur (PC) aurait gagné une majorité, ce qui dénote une volonté de changement exprimée à ces dernières élections.

Un texte de Camille Gris Roy

Radio-Canada a calculé les résultats des élections en appliquant un système proportionnel pur et un système mixte compensatoire.

D'après ce modèle, le PC sort dans tous les cas gagnant avec une majorité, même si c'est avec un nombre réduit de sièges. Thierry Lapointe, professeur de sciences politiques à l'Université de Saint-Boniface, souligne que la situation était unique aux dernières élections. « Il y avait vraiment une volonté affichée de la part des citoyens de se débarrasser du gouvernement [précédent] », dit-il.

Il ajoute que l'issue aurait pu changer sous un autre mode de scrutin. « Des électeurs qui ont voté pour le [PC] parce qu'ils voulaient vraiment se débarrasser des néo-démocrates auraient peut être voté pour le Parti libéral en plus grand nombre s'ils avaient su que leur vote ne serait pas perdu dans le système. »

Pour le reste, ce sont justement les plus petits partis qui tirent avantage d'une proportionnelle. « On serait un parti reconnu, et ça aurait mené à davantage de débats », note la députée du caucus libéral Cindy Lamoureux.

Le chef du Parti vert du Manitoba, James Beddome, ajoute qu'une représentation plus diverse permettrait d'avoir une assemblée moins partisane, « qui se concentrerait davantage sur les enjeux ».

« Quand vous avez quelque chose du type : "nous contre eux", c'est facile de s'opposer juste pour s'opposer. Même si quelqu'un a une bonne idée, on s'oppose parce que si cette bonne idée va de l'avant on n'aura pas le crédit. Alors on s'oppose, et ensuite on présente la même chose », fait-il remarquer.

La réforme de scrutin est un sujet de discussion au fédéral depuis quelques mois. Ottawa a mené des consultations publiques et créé un comité pour se pencher sur la question. Lors de la dernière campagne fédérale, les libéraux avaient promis que les élections de 2015 seraient les dernières menées selon le mode de scrutin uninominal à un tour.

Au provincial, cet enjeu ne s'est pas reflété dans les débats.

Le gouvernement provincial croit que « la population du Manitoba devra être consultée par référendum avant de changer le système uninominal actuel », selon un porte-parole.

Dans une déclaration écrite, le NPD du Manitoba note pour sa part que « toute proposition pour changer la distribution des sièges à la législature devrait se faire avec la participation du public, et avec de solides et larges consultations. »

« On doit continuer à écouter ce que les différentes parties disent », soutient aussi Cindy Lamoureux du caucus libéral. Elle ajoute être inspirée par les démarches de ses collègues du fédéral. Le chef du Parti vert du Manitoba, enfin, croit qu'il faut continuer de marteler le message. La réforme de scrutin fait clairement partie de la plateforme de ce parti.

Peu importe le type de réforme, James Beddome affirme que le système uninominal à un tour n'est pas soutenable.

Avec des informations de Louis-Philippe Leblanc

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque