Retour

Élections partielles de Vancouver : le programme sur le logement abordable des candidats

Le vote par anticipation débute mercredi pour les candidats au conseil municipal de Vancouver. Parmi les enjeux soulevés : la crise du logement dans la région.

Ces élections partielles seront la première occasion pour les électeurs de choisir un conseiller municipal depuis la subite hausse des prix qui a commencé en 2015.

Il y a neuf candidats pour le poste vacant de Geoff Meggs, qui a démissionné pour aller travailler pour le premier ministre John Horgan. Voici leurs principales positions au sujet du logement :

Vision Vancouver

Diego Cardona est le candidat de Vision Vancouver, le parti du maire de Vancouver, Gregor Robertson. Selon les porte-paroles de sa campagne, M. Cardona propose de créer un poste de « défenseur des locataires » au conseil municipal ,qui défendrait ceux-ci contre les évictions illégales.

Il propose aussi de rendre les propriétés plus accueillantes pour les locataires avec des animaux domestiques.

Un troisième volet de sa campagne demande que 500 000 $ du revenu de la taxe sur les maisons inoccupées alimentent des prêts pour aider temporairement les locataires dans le besoin à payer leur loyer.

NPA

Le candidat du NPA (Association non partisane) est Hector Bremner, qui propose une stratégie en cinq volets pour répondre à la crise du logement.

Son plan propose notamment des changements au zonage pour accroître la densité, d’utiliser les propriétés de la Ville pour le logement social avec des baux de 99 ans, et d’accélérer les permis de construction.

Vert

Pete Fry, candidat du Parti vert, propose de lier la définition du logement « abordable » au revenu moyen de la région, d’utiliser les obligations municipales pour construire du logement social et de créer un bureau d’aide pour les locataires de la ville.

Il promeut la construction de maisons de ville et d’appartements à faible hauteur ainsi que la conservation des maisons de caractère en construisant des suites secondaires.

OneCity

Judy Graves propose une surtaxe sur les propriétés de luxe de 1,5 % qui s'appliquerait au 1 % de propriétaires parmi les mieux-nantis de Vancouver. Elle veut aussi un prélèvement de 35 à 50 % pour n’importe quelle maison vendue moins de trois ans après avoir été achetée.

Mme Graves veut garantir un loyer équivalent à 30 % du revenu des personnes qui sont locataires dans des propriétés de la Ville.

COPE

Le parti n’a pas de candidat officiel, mais a décidé d’appuyer la candidate indépendante Jean Swanson, militante de longue date contre l’itinérance. Mme Swanson veut geler les loyers, mais admet que cela nécessiterait de la pression sur la province.

Selon elle, la Ville devrait aussi commencer la construction de 2138 unités de logement modulaire pour les itinérants et propose de financer le projet à travers ce qu’elle appelle une « taxe de manoir ».

Sensible Vancouver

La plateforme de Mary Jean Dunsdon se penche surtout sur les enjeux liés à la marijuana, mais elle appuie les politiques sur le logement pour les résidents à faible revenu.

Indépendants

Les trois candidats indépendants, Gary Lee, Damian Murphy et Joshua Wasilenkoff, n’ont pas dévoilé de plateforme sur le logement abordable.

Le bureau de vote à l'hôtel de ville de Vancouver est ouvert jusqu'à 20 h mercredi. Une autre journée de vote par anticipation est prévue au même endroit le 11 octobre et la date officielle des élections est le 14 octobre.

Plus d'articles

Commentaires