Retour

Elizabeth May reste à la tête du Parti vert du Canada

Après deux semaines de réflexion passées au Cap-Breton, loin des tribulations politiques d'Ottawa, la chef du Parti vert du Canada, Elizabeth May, a décidé de demeurer en poste malgré la rebuffade infligée par les membres de son parti.

Réunis en congrès, des militants ont voté une résolution appuyant le mouvement « boycott, désinvestissement et sanctions » (BDS) contre Israël malgré l'avis contraire de Mme May. Cette dernière estimait que cette mesure entacherait la réputation de son parti.

Mme May avait, à ce moment, décidé de se retirer afin de réfléchir à son avenir politique. Elle revient aujourd'hui en précisant avoir reçu de nombreuses lettres d'appui et d'encouragement de la part de membres du parti et de collègues parlementaires.

La chef du Parti vert du Canada avance que le travail sur la réforme du mode de scrutin au pays lui tient particulièrement à cœur. « Un comité de 12 personnes décide des changements des règles électorales et ça devient ma principale tâche », a déclaré Mme May en conférence de presse. « C'est la raison principale pour laquelle je ne démissionnerai pas. »

« Mes raisons de rester sont ancrées dans des convictions beaucoup plus profondes », explique Mme May.

Elizabeth May a déploré que dans son propre parti on ait eu recours à un système oppositionnel « alors que nous sommes un parti consensuel » lors du congrès à l'origine de sa réflexion.

Mme May espère que le comité parlementaire présentera des résolutions à la ministre des Institutions démocratiques, Maryam Monsef, le premier décembre prochain.

Députée de la circonscription de Saanich-Gulf Islands, dans le sud de l'île de Vancouver, Elizabeth May est la première candidate du Parti vert élue à la Chambre des communes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine