Retour

La Presse veut maintenir son droit d’avoir des prises de positions éditoriales

La haute direction de La Presse estime qu'il est tout à fait légitime que le quotidien continue d'avoir des prises de position éditoriales lorsqu'elle aura obtenu le statut d'organisme sans but lucratif (OSBL).

« Sur nos prises de position éditoriales, c’est reconnu en Amérique du Nord qu’un média prend des positions éditoriales, a affirmé Guy Crevier, éditeur de La Presse, en réponse aux questions de l’opposition officielle. Je ne vois pas en quoi la situation change demain matin. »

Les patrons du média numérique présentaient mercredi matin en commission parlementaire leurs arguments aux parlementaires québécois afin d’obtenir la modification législative requise pour modifier le statut de l’entreprise.

Pascal Bérubé, député du Parti québécois, a lancé aux patrons du média numérique que « depuis 1970, invariablement votre journal appuie toujours la même formation politique et la même position constitutionnelle », ce qui serait contraire, selon lui, aux normes d’un OSBL, statut que cherche à obtenir La Presse.

André Desmarais, grand patron de Power Corporation, a pour sa part dit souhaiter que le média reste fédéraliste dans sa position éditoriale, même s'il s'en départit.

Il a assuré lors de son allocution que La Presse sera indépendante et sans attaches, même s'il lui laisse 50 millions de dollars pour effectuer sa transition.

« Est-ce qu'elle [l'OSBL La Presse] sera fédéraliste? Probablement que oui, a fait savoir M. Desmarais. De là vient la position éditoriale qui, probablement, ne soutient pas un parti séparatiste qui veut séparer le Québec du Canada. C'est une différence d'opinions qui existe, qui est réelle. »

Interrogé à la sortie de la commission parlementaire, l’éditeur Guy Crevier a précisé que les transformations liées au numérique forçaient de toute façon l’équipe du quotidien à revoir sa façon de présenter les opinions de ses éditorialistes.

« Dans le modèle traditionnel papier, quand on prenait une position éditoriale, […] c’était reconnu que le propriétaire d’un journal s’adresse à travers la page éditoriale », a-t-il dit, ajoutant que la donne a changé avec la transition vers le numérique.

« Quand La Presse se retrouve seule, on va avoir un mandat […] de s’asseoir avec nos équipes éditoriales, de s’asseoir avec la direction de l’information et de commencer à réfléchir sur comment on va exercer notre modèle dans les années futures. […] On réfléchit à ça présentement, et on s’est engagés à moderniser [notre modèle]. »

Tout repose entre les mains des élus

Les consultations tenues à la salle du Conseil législatif, au parlement de Québec, sont rendues nécessaires afin d'étudier le projet de loi 400 présenté par la ministre de la Culture et des Communications Marie Montpetit.

Au début de mai, La Presse annonçait son intention de voler de ses propres ailes en sortant du giron de Power Corporation.

Pour ce faire, le quotidien de la rue Saint-Jacques a dévoilé son plan en vue de devenir un organisme sans but lucratif (OSBL), 51 ans après avoir été racheté par l’entreprise de la famille Desmarais.

Or, pour se transformer ainsi en OSBL, La Presse doit obtenir un changement législatif auprès des élus de l’Assemblée nationale, ce que prévoit le projet de loi 400.

En effet, lorsque Power Corporation a acheté le quotidien en 1967, le gouvernement québécois a adopté une loi afin que la propriété du journal ne puisse être transférée à des intérêts étrangers. Pour modifier cette loi, l’unanimité est requise de la part des députés de l’Assemblée nationale.

L’urgence d’agir

Les patrons de La Presse espèrent que la modification législative sera votée avant l’ajournement de la session parlementaire d'ici la fin de juin, puisqu’il s’agit de la dernière occasion de procéder avant la nouvelle législature qui verra le jour après les élections du 1er octobre.

« La majorité des employés sont inquiets de ne pas savoir ce qu’il va arriver avec la structure », a confié l’éditeur Guy Crevier. « Est-ce qu’on va être capable de se transformer rapidement? Est-ce que les parlementaires vont accepter de nous traiter comme les autres journaux au Canada sont traités? »

Selon M. Crevier, si l’abrogation de la loi privée de 1967 n’était pas votée avant la fin de l’actuelle session, le calendrier électoral et la mise en place d’un nouveau parlement à l’automne pourraient signifier un délai d’une année supplémentaire pour concrétiser le projet de La Presse.

Il s’agit d’un délai que le média ne peut se permettre, argue Pierre-Elliott Levasseur, président du quotidien. « Aujourd’hui, la progression de Google et de Facebook est phénoménale et elle ne ralentit pas, rappelle-t-il. Juste dans les dernières années, leurs parts de marché sont allées de 50 % des revenus publicitaires dans le secteur numérique à 80 % des revenus publicitaires. »

PKP très critique à l’endroit de La Presse

Le patron de Québecor, Pierre Karl Péladeau, a profité de son passage à la commission pour livrer une attaque en règle contre le modèle d’affaires de La Presse.

« La Presse, c’est un échec patent et c’est une illustration de l’incompétence de la direction », a-t-il déclaré devant les élus.

Pour lui, La Presse pourrait être vendue à un multimilliardaire. « Nous souhaitons assurer la pérennité de La Presse, mais la meilleure façon c’est de confier la propriété à un multimilliardaire, a dit Pierre Karl Péladeau, patron de Québecor, comme Jeff Bezos l’a fait avec le Washington Post. »

M. Péladeau pose également la question des garanties.« La Presse et les représentants de Power Corporation ont toujours refusé de divulguer leurs résultats. Alors, qu’est-ce qui vous garantit que lorsque La Presse va être vendue à une OBNL, cette OBNL-là ne perdra pas des dizaines et des dizaines de millions? »

Selon M. Péladeau, Power Corporation présente un subterfuge aux parlementaires pour se débarrasser à peu de frais de La Presse et faire essuyer ses pertes par les contribuables.

« Aujourd’hui, nous demandons […] aux contribuables et aux citoyens de prendre la place des actionnaires de Power Corporation pour financer les pertes d’exploitation de ce média », a-t-il ajouté.

Une loi qui date d’une autre époque, selon le directeur du Devoir

Brian Myles, le directeur du quotidien Le Devoir, a estimé que la loi de 1967, « qui empêche la transformation de La Presse a épuisé son utilité ». M. Myles a soutenu que ce n’est pas aux parlementaires de décider du modèle d’affaires et de la structure juridique des médias. Le directeur du Devoir a invité les élus à la prudence et au respect du principe de distance « entre le politique et le médiatique ».

« On ne peut pas d’un côté de la bouche dire qu’on respecte l’indépendance des médias et, de l’autre, utiliser le prétexte d’une loi obsolète pour freiner des transformations », a indiqué le directeur du quotidien montréalais.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine