Retour

Employeurs mauvais payeurs : de l'aide pour les employés du privé, mais rien pour Phénix

Une mesure passée inaperçue dans le plus récent budget fédéral fait grincer des dents de nombreux syndicats de la fonction publique. Le gouvernement investit des millions de dollars pour les employés du secteur privé qui ne sont pas payés par leur employeur, alors qu'il ne prévoit pas un cent pour les fonctionnaires touchés par les ratés de Phénix.

Un texte de Jérôme Bergeron

Dans son budget 2017-2018, le gouvernement de Justin Trudeau a prévu 13 millions de dollars sur cinq ans pour renforcer le Code canadien du travail.

Les modifications à la loi permettront de pénaliser les employeurs qui ne paient pas leurs employés. Toutefois, le gouvernement précise que le Code s'applique seulement à environ 900 000 Canadiens.

« [Les normes du travail du Code] ne s'appliquent pas à la fonction publique fédérale, qui est couverte par la Loi sur les relations de travail dans la fonction publique », peut-on lire dans un courriel envoyé à Radio-Canada par Emploi et Développement social Canada.

Le resserrement des règles pour les employeurs mauvais payeurs ne s'applique donc pas aux fonctionnaires, au grand désarroi des syndicats qui sont aux prises avec les ratés du système Phénix depuis plus d'un an.

La présidente de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) affirme qu'il s'agit d'un non-sens, d'autant plus que le budget 2017 du fédéral est muet sur le système Phénix.

« Je trouve drôle que ce soit la priorité [du gouvernement], quand il ne peut même pas payer ses propres employés », souligne Debi Daviau.

En date du mois dernier, des milliers de fonctionnaires avaient toujours des problèmes avec leur paye. Le vice-président régional de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), Larry Rousseau, aurait souhaité que le gouvernement octroie une enveloppe de 75 millions de dollars dans son dernier budget pour leur venir en aide.

« C'est frustrant, parce que voilà que le gouvernement tape les doigts des employeurs qui sont soi-disant fautifs, alors qu'ils sont carrément dans le même bateau », affirme-t-il.

Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC), le ministère responsable du déploiement de Phénix, a refusé nos demandes d'entrevues. Il affirme qu'il fera le point mercredi, lors de la prochaine mise à jour sur les ratés du système.

Plus d'articles

Commentaires