Retour

En Alberta, la gouverneure générale vante la collaboration

« C'est par la collaboration qu'on avance », a déclaré la gouverneure générale, Julie Payette, lors d'un discours à l'Assemblée législative de l'Alberta très préoccupée par un conflit avec la Colombie-Britannique.

Un texte de Laurent Pirot

La représentante de la reine au Canada n’a pas évoqué directement le conflit autour du projet d’expansion du pipeline Trans Mountain qui permettrait d’exporter plus de pétrole albertain vers la côte du Pacifique.

La première ministre albertaine, Rachel Notley, a souvent répété qu’à ses yeux, l’opposition de la Colombie-Britannique à cet oléoduc risque de saper les fondements de la Confédération et l’engagement des provinces à respecter l’intérêt national.

Dans son discours, Julie Payette a souligné l’importance des ressources naturelles albertaines pour le pays entier. « Cette province en particulier, le moteur économique du Canada, a apporté dans le passé une contribution extraordinaire au bien-être de notre pays », a-t-elle relevé.

Elle a insisté sur le devoir des responsables politiques albertains de contribuer à exploiter et à partager ces ressources « avec intelligence ».

Vu de l'espace, aucune frontière

L’ancienne astronaute a rappelé que lors de ses voyages dans l’espace, elle avait eu le privilège d’observer le Canada depuis un endroit d’où aucune frontière politique n’est visible. Une façon d’appuyer son souhait que les frontières ne deviennent pas des barrières.

Les députés albertains devraient adopter mercredi le projet de loi 12 qui donnera au gouvernement provincial les pouvoirs de restreindre les exportations de carburants vers la Colombie-Britannique.

Julie Payette a longuement détaillé ses liens avec l’Alberta, où elle est venue skier « dès que j’ai pu payer moi-même un billet d’avion » et où elle s’est entraînée à plusieurs reprises au cours de sa carrière.

Première visite

C’est la première visite en Alberta de la nouvelle gouverneure générale depuis sa prise de fonction à la fin 2017.

À son arrivée à Edmonton mardi matin, elle a été saluée par 21 coups de canon et quelques dizaines de personnes, rassemblées sous un beau soleil sur le parvis de l’assemblée.

Après avoir passé en revue une centaine de soldats du 3e bataillon de l’infanterie légère canadienne Princess Patricia, la gouverneure générale a serré quelques mains et échangé quelques mots avec les spectateurs.

« La Charte des droits, c’est le plus important », lui a lancé Darlene Dunlop, militante de longue date en faveur des droits des travailleurs agricoles. « Nous vivons dans un beau pays », a approuvé Julie Payette.

La gouverneure générale devait aussi visiter des installations de recherche et développement en banlieue d’Edmonton. Mercredi, l’Université de Calgary lui présentera une technologie de pointe utilisée en neurochirurgie et elle rencontrera des étudiants.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine