Retour

Énergie Est : le duel Alberta-Québec attendra, dit Notley

L'Alberta ne « dégainera pas son pistolet » tout de suite dans le conflit qui l'oppose au Québec au sujet du projet de pipeline Énergie Est.

« Je vais laisser mon pistolet dans l'étui jusqu'à ce que nous en soyons rendus à la bataille », a laissé tomber la première ministre de l'Alberta, Rachel Notley. La bataille en question n'est cependant pas encore arrivée, a-t-elle relativisé.

La dirigeante réagissait à la demande d'injonction du Québec envers Énergie Est. Le gouvernement Couillard a décidé de s'adresser aux tribunaux pour forcer TransCanada à se conformer à la Loi sur la qualité de l'environnement.

Rachel Notley assure que le Québec fait simplement respecter ses propres lois environnementales, e ne croit pas que cela mènera pas à un processus d'évaluation parallèle à celui de l'Office national de l'énergie.

La démarche du Québec ressemble à ce qu'ont fait d'autres provinces comme la Colombie-Britannique, croit Rachel Notley. La voisine de l'Alberta avait en effet lancé cinq conditions pour l'approbation du projet de pipeline Northern Gateway.

Selon Rachel Notley, l'injonction n'est pas une question aussi problématique qu'elle paraissait d'abord aux yeux de certains. « Si notre interprétation de ce qui se passe change, alors vous allez avoir une réaction différente », dit-elle toutefois.

La première ministre de l'Alberta indique que son entourage communiquait avec le Québec dans les heures qui ont précédé l'annonce.

TransCanada plaide pour sa part qu'elle respecte ses obligations et que le processus d'évaluation environemental est de compétence fédérale.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine