Retour

Enquête sur un possible conflit d’intérêts impliquant Ric McIver

La commissaire à l'éthique du gouvernement Notley mènera une enquête pour déterminer si le chef intérimaire du Parti progressiste-conservateur, Ric McIver, a transgressé certaines règles de l'Assemblée législative en matière de conflit d'intérêts.

Durant la période de questions mardi, M. McIver a confronté le gouvernement au sujet des changements apportés à la réglementation sur l’électricité.

Or, des membres du Nouveau Parti démocratique de l’Alberta lui reprochent de prendre position sur ce débat alors que son épouse, Christine MicIver, possède des actions du fournisseur d’électricité Brighter Futures Energy.

La députée néo-démocrate, Heather Sweet, a donc écrit une lettre à la commissaire à l’éthique, Marguerite Trussler, lui demandant d’enquêter sur ce dossier. « Nous devons tous respecter le même code de conduite et les mêmes règles », écrit-elle.

Selon la Loi sur les conflits d'intérêts, un député n'est pas autorisé à « influencer ou à chercher à influencer une décision de la Couronne dans le but de favoriser un intérêt privé du membre ou une personne directement associée au membre ».

De son côté, Ric McIver affirme avoir discuté avec la commissaire à l’éthique mercredi. Il assure également qu’il n’aurait jamais posé de questions sur ce dossier s’il avait été en conflit d’intérêts.

Le chef intérimaire du Parti progressiste-conservateur se dit aussi prêt à ne pas intervenir sur ce dossier jusqu’à ce que l’enquête de la commissaire à l’éthique soit terminée.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?