Retour

Ensemble Montréal réclame des brigades de propreté pour ses arrondissements aussi

L'opposition à Montréal déplore que les seuls arrondissements où seront ajoutées des brigades de propreté cet été sont tous dirigés par des représentants du parti de la mairesse Valérie Plante, Projet Montréal, sauf un, Verdun, où le maire Jean-François Parenteau est indépendant. Mme Plante assure qu'elle ne laisse pas la partisanerie guider ses décisions.

Un texte de Bernard Barbeau

Le programme, qui existe depuis 2006, était déjà en vigueur dans les arrondissements de Ville-Marie, du Sud-Ouest, de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce et du Plateau-Mont-Royal.

La semaine dernière, le comité exécutif de la Ville a élargi le programme des brigades de propreté à cinq arrondissements, soit Ahuntsic-Cartierville, Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Rosemont–La Petite-Patrie, Verdun et Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension. Le comité a approuvé un contrat d'un peu plus de 320 000 $ accordé par appel d'offres à la firme Services d'entretien Alphanet pour mener un projet pilote de sept mois dans ces cinq arrondissements qui n'étaient pas couverts jusqu'ici.

Les maires des arrondissements de Pierrefonds-Roxboro, Jim Beis, de Saint-Léonard, Michel Bissonnet, de Montréal-Nord, Christine Black, de Saint-Laurent, Alan DeSousa, et de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, qui ont donné un point de presse jeudi matin, trouvent ce choix « étrange ».

Ils réclament de l'administration Plante qu'elle cesse sa « gestion partisane » et qu'elle finance la mise en place de brigades de propreté sur leurs territoires, et donc à l’ensemble des 19 arrondissements de Montréal.

« Ce choix nous laisse donc perplexes, d'autant plus qu'aucun de nos arrondissements n'a été consulté pour faire partie de cette deuxième phase », a souligné Christine Black. Ses collègues et elles ont appris la décision de l’administration par le biais des médias, a-t-elle dit.

« Si le souhait de la mairesse Plante était de l'étendre à l'ensemble de la ville, tel que spécifié dans sa plateforme électorale, pourquoi avoir choisi de favoriser uniquement des arrondissements de sa formation politique au détriment des autres? » demandent les maires affiliés à Ensemble Montréal dans un communiqué.

« On nage dans l'arbitraire le plus complet », a regretté Mme Black, répétant plusieurs fois que « la propreté concerne tous les Montréalais ».

« Une fois élus, vous devez gouverner dans l’intérêt de tous les citoyens, nonobstant les divisions politiques », a ajouté Alan DeSousa.

C'est un « principe fondamental », selon lui.

Plante rejette ces accusations

La mairesse Plante a nié catégoriquement faire preuve de favoritisme.

Elle a expliqué que les arrondissements prenant part au projet ont été choisis en fonction de plusieurs critères, notamment l'achalandage de leurs grandes artères. Il n'est donc pas étonnant que les secteurs plus centraux de la ville aient été sélectionnés.

« C’est vraiment sauter aux conclusions et prendre des raccourcis », a estimé Mme Plante en mêlée de presse.

L’arrondissement de Verdun a été choisi, même si son maire Jean-François Parenteau ne fait pas partie de Projet Montréal, a-t-elle souligné, ajoutant que certains arrondissements dirigés par des membres de Projet Montréal ne font pas partie du projet.

« Je trouve ça déplorable, a-t-elle pesté. C’est l’approche que l’opposition prend depuis le début du mandat, d’être systématiquement en mode agressif, en mode de dénonciation. Je trouve que c’est vraiment dommage. Ça fait juste six mois… Ça va être long, quatre ans, pour les citoyens. »

Valérie Plante a rappelé que plusieurs projets sont en branle dans les arrondissements des maires membres d'Ensemble Montréal, et leur a reproché de se plaindre en ne tenant compte que des situations qui font leur affaire.

Des enveloppes éliminées

Les maires d'Ensemble Montréal ont également souligné que l’administration Plante a supprimé des budgets alloués par la ville-centre dont disposaient précédemment les arrondissements de Montréal-Nord et de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles pour financer leurs propres programmes de propreté.

Ces deux arrondissements devront donc maintenant les financer eux-mêmes. « Ce sera un service un peu moins important que ce qui était offert par la Ville de Montréal », a précisé Chantal Rouleau.

Mais le projet des brigades de propreté sert à bonifier et non pas à remplacer les efforts des arrondissements en matière de propreté des lieux, a signalé Valérie Plante.

Formées d'étudiants, les brigades de propreté interviendront jusqu'à trois fois par semaine dans les arrondissements choisis. Elles seront déployées pendant 22 semaines, du 4 juin au 31 octobre.

Leurs tâches consistent surtout à ramasser les déchets sur le domaine public, balayer les trottoirs, nettoyer le mobilier urbain, enlever les mauvaises herbes et vider les cendriers de la Ville.

Plus d'articles

Vidéo du jour


9 choses à savoir sur Meghan Markle