Retour

Éric Forest est nommé au comité des finances du Sénat

Moins d'un mois après son arrivée au Sénat, l'ancien maire de Rimouski, Éric Forest, a été nommé au sein de quatre comités de l'institution, dont le comité des finances nationales.

De passage à Rimouski cette semaine, monsieur Forest s'est dit particulièrement fier de cette nomination et il a promis d'utiliser ce siège pour se faire le porte-voix des régions à Ottawa.

Qu'est-ce qu'un gouvernement fait ? Il sanctionne des lois et il alloue des budgets. Donc, tout passe par les finances. C'est vraiment une plaque tournante où j'ai vraiment l'intention d'intervenir [pour] que les différents programmes puissent tenir compte de nos réalités [régionales].

Éric Forest, sénateur indépendant, Ottawa

Monsieur Forest sera l'un des 17 membres du comité des finances nationales qui est présidé par l'ancien dirigeant du club de football des Alouettes de Montréal, le sénateur conservateur Larry Smith. Le sénateur indépendant André Pratte siège également à ce comité.

Les autres comités

Monsieur Forest siègera également à un autre comité d'intérêt pour l'appareil fédéral soit celui qui doit étudier la modernisation du Sénat canadien.

L'ancien maire a également été nommé, pour des raisons évidentes, sur le comité sénatorial de Pêches et Océans. Sept des 15 membres de ce comité représentent des provinces maritimes. Monsieur Forest siègera également au sein du comité de la Bibliothèque du Parlement.

Les affaires municipales

Même s'il évolue maintenant sur la scène fédérale, le sénateur Forest s'est permis de se réjouir de la présentation à l'Assemblée nationale du Québec du projet de Loi 122 qui reconnait les municipalités comme des gouvernements de proximité.

Il dit qu'il « regrette profondément » de n'avoir pu assister au dépôt de ce projet de Loi qui représente une suite concréte au livre blanc sur l'autonomie municipale dont il a fait la promotion à l'époque où il était président de l'Union des municipalités du Québec.

Pour monsieur Forest, ce projet de Loi est un « premier pas très important » vers la reconnaissance de cette autonomie des pouvoirs locaux.

Il reconnaît toutefois que les villes devront user de sagesse dans l'utilisation des nouveaux pouvoirs accordés par Québec comme l'augmentation de 25 000 à 100 000 $ de la limite des contrats pouvant être accordés sans appel d'offres.

L'imputabilité doit suivre. Si on veut être crédibles ... il faut être transparents. Et si on met la barre à 100 000 $, il va falloir en même temps avoir une reddition de compte [de même niveau]

Éric Forest, sénateur indépendant, Ottawa

Monsieur Forest s'attend à ce que ce nouveau cadre de relations entre Québec et les municipalités nécessite une période d'ajustement, mais il demeure confiant.

Au fur et à mesure qu'on va évoluer dans ce nouvel environnement, on va se faire mutuellement confiance.

Éric Forest, sénateur indépendant, Ottawa

Monsieur Forest estime que ce projet de Loi reconnait que les maires et conseillers municipaux ont un rôle important à jouer et un leadership à assumer « dans le développement des collectivités » incluant les questions économiques.

Il prévoit même que la délégation de pouvoirs aux municipalités prévue dans le projet de Loi incitera davantage d'hommes et de femmes à s'intéresser à la politique municipale et même à se porter candidats lors des élections de novembre 2017.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine