Retour

Espèces en péril : Ottawa sévèrement blâmé par la Cour fédérale

« Capricieuse », « absurde », « déraisonnable » : la Cour fédérale juge durement la décision de la ministre de l'Environnement du Canada de ne pas intervenir pour protéger l'habitat d'une rainette, classée espèce en péril, au même titre que le béluga. Durant le processus, Leona Aglukkaq a ignoré l'avis scientifique de ses propres fonctionnaires.

Un texte de Thomas Gerbet

La Cour fédérale annule la décision d'Environnement Canada et donne six mois à la ministre pour refaire ses devoirs. En mars 2014, elle avait refusé d'adopter un décret d'urgence pour protéger une espèce de rainette menacée par un projet immobilier à La Prairie, en banlieue de Montréal.

« Tous les facteurs [...] pour la prise d'un décret d'urgence étaient remplis », révèle pourtant le juge Luc Martineau. L'étude du dossier lui a permis de conclure que plusieurs informations techniques et scientifiques ont été supprimées, ce qui a vicié le raisonnement ministériel.

Leona Aglukkaq a « ignoré des preuves pertinentes », dit le juge. À l'époque, Environnement Canada avait conclu que la rainette faux-grillon de l'Ouest ne faisait pas face à une menace imminente pour sa survie ou son rétablissement, malgré la destruction de son habitat par le vaste chantier résidentiel.

La ministre considérait que la menace, pour être imminente, devait viser tout le Canada. Or, selon la Cour fédérale, « il est évident que la disparition d'une métapopulation est une menace au rétablissement de l'espèce ».

Réaction des groupes environnementaux

Nature Québec et le Centre québécois du droit de l'environnement (CQDE) se réjouissent. « Ce jugement fait grandement avancer la notion de rétablissement des espèces menacées au pays », écrit la directrice générale du CQDE, Karine Péloffy.

« Le message des tribunaux est clair, selon Christian Simard, de Nature Québec : que ce soit pour la rainette ou pour les bélugas du Saint-Laurent, les politiciens doivent écouter les scientifiques en matière d'espères en péril et ne peuvent écarter leur opinion pour expédier des projets ou favoriser un promoteur. »

Les environnementalistes se montrent toutefois prudents. Ottawa doit retourner au travail, mais rien n'indique qu'au bout du compte, la rainette sera davantage protégée.

Nous avons demandé à Environnement Canada de commenter l'affaire, mais nous n'avons pas encore obtenu de réponse.

Réaction de la Ville de La Prairie

Dans un communiqué, la Ville « prend acte du jugement » et soutient qu'il permettra de poser les bases d'un débat « ouvert et transparent ». La Municipalité promet d'« assurer [...] la protection de la viabilité de la métapopulation de la rainette ». Le maire, Donat Serres, rappelle au passage que la Ville a obtenu tous les certificats requis pour mener à terme le projet résidentiel Symbiocité. La Prairie promet de créer un parc de conservation du marais de 87,7 hectares.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


10 domaines où les robots sont indispensables





Rabais de la semaine